Galérie Photo   |

  Se connecter  |




Football-CAN 2017-3è journée : Groupe C : (Q)Maroc 1-0 Côte d'Ivoire -- Togo 1-3 RD Congo (Q)                 Football-Afrique : Georges Leekens (sélectionneur de l'Algérie) démissionne                 Football-CAN 2017-3è journée : Groupe B: (Q)Sénégal 2-2 Algérie -- Zimbabwe 2-4 Tunisie(Q)                 Football-CAN 2017 : L'ivoirien Dembele Denis sera l'officiel de la rencontre Zimbabwe-Tunisie                 Football-CAN 2017- 3e journée : Groupe A: Gabon 0-0 Cameroun(Q) -- Guinée Bissau 0-2 Burkina Faso(Q)                


Football-Ligue 1-Afrique
Gonazo dans le piège de l’anglais
Mise à jour le19-12-2016 18:17
Transféré en Tanzanie il y a quelques mois, Thomas Gonazo Bi est revenu à l’Africa Sports avec une grosse frustration à la gorge.

Une photo sur les réseaux sociaux en compagnie de Blagnon Goué. Un sourire à la signature d’un nouveau contrat avec Azam FC de Tanzanie. La promesse de jouir pleinement de son talent avec un salaire estimé à 1.750.000 de Frs Cfa. Un tableau qui a revêtu le statut de leurre. Car la réalité sera affligeante pour Thomas Gonazo, qui pensait avoir atteint l’eldorado.

 

« Sur le contrat, il était marqué salaire de base (basic salary en anglais): 3.500 dollars (environ 1.750.000 F CFA) », s’était-il réjoui lorsqu’il paraphait son nouveau deal. Mais son anglais approximatif, voir médiocre l’a perdu. « Tout était en anglais. Avec notre niveau d'anglais, on ne pouvait pas y comprendre grand-chose. On s'est contenté alors de regarder les chiffres. Voilà comment j'ai été floué », a confié Gonazo à l’Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI).

 

 

« A la réalité, des 3.500 dollars de base étaient déduits les frais de loyer et autres taxes qu'il n'a pas considérés au départ », a révélé l’AFI dirigé par Cyril Domoraud. Une variable qui a échappé l’attaquant international ivoirien présent en Tanzanie sans aucun représentant. Histoire de profiter tout seul de l’opération. Ignorance ou trop grande cupidité ? En tout cas, c’est sans un sous que Gonazo, profitant du mercato, a regagné Abidjan. Puisque ses recours à la justice tanzanienne n’ont accouché que de souris.

 

Une leçon pour Gonazo qui sait à présent que « pour signer à l'étranger, il faut se faire accompagner par un manager capable de comprendre tous les contours du contrat. Cela évite les problèmes par la suite. Il ne faut pas signer à la sauvette sur la base des seuls chiffres », a-t-il confié à l’AFI avant d’afficher son envie de se relancer à l’Africa.

 

 

Patrick GUITEY

 
RÉAGISSEZ À CET ARTICLE
 
  A lire aussi ...

Football-Eléphants-CAN 2017-Maroc-CI
Entre stats et superstitions
Football -CAN 2017-Groupe C-Maroc-CI
Un duo Bony-Kodjia ?


Football-CAN 2017-Groupe C-Serge Aurier
« Il n’y a rien à craindre»
Football-Eléphants-CAN 2017-Groupe C
Le défi tactique de Dussuyer
Football-CAN 2017-Groupe C-Hervé Renard
« Je sais qui est le plus dangereux »




Football-CAN 2017 : Maroc 1-0 Côte d'Ivoire (Ambiance au Campus de Cocody)