Flash Info

  • 28/07/2017Francophonie 2017-Football: La Côte d'Ivoire a battu le Mali (2-1) en demie-finale
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Basket: Le Sénégal bat la Côte d'Ivoire en quart de finale (54-46)
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Basket-Dame: La France bat la Roumanie (74-43) et se hisse en demie
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Judo: L'ivoirienne Fatim Fofana médaillée de bronze chez les -70 kg
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Judo: L'ivoirienne Dabonné Zoulehia médaillée d'argent chez les -65kg
  • 25/07/2017Francophonie 2017-Athlétisme: Le relais 4x100m masculin ivoirien médaillé d'or
Basketball

Simon Guillou : « Nous sommes dans un paradoxe mais… »

10 May 2017 0

Le sélectionneur de l’équipe nationale féminine de Basket-Ball, Simon Guillou est optimiste quant aux chances de qualification de la Côte d’Ivoire pour l’Afrobasket 2017. Même s’il existe un énorme paradoxe au sein de son 12.

 

Quand avez-vous entamé la préparation?

Il y a eu deux phases dans cette préparation. Nous avons entamé une première beaucoup plus tôt avec les plus jeunes avec lesquelles nous préparons les Jeux de la Francophonie. Nous avons ensuite intégré celles qui ont plus de 25 ans il y a un peu plus de deux semaines.

 

Certes le Benin n’est pas un foudre de guerre. Mais n’avez-vous pas d’appréhensions avant cette double confrontation?

Nous venons avec la ferme ambition de décrocher notre qualification. Peu importe l’adversaire qui est en face de nous. Notre objectif est de disputer le prochain Afrobasket.

 

Justement on sait que 80% de vos joueuses ne jouent pas le championnat. Cela n’est-il pas un désavantage ?

Non ! Je pense que cela n’est pas un problème. Toutes ces joueuses s’entrainent régulièrement. Même celles qui ne jouent pas le championnat s’entrainent avec leur équipe depuis plusieurs mois. Et nous constatons qu’elles sont en pleine forme. Il ne leur manque que la compétition. Elles ont envie de jouer.

 

Cela ne vous gêne-t-il pas de convoquer des joueuses en manque de compétition ?

C’est vrai qu’on est dans un paradoxe. Mais nous avons des joueuses qui sont en mesure de jouer au basket et de représenter la Côte d’Ivoire. Donc ce n’est pas inintéressant.

 

Si la Côte d’Ivoire se qualifie, pensez-vous pouvoir relever le défi de l’Afrobasket?

Déjà il faut décrocher cette qualification. Après nous mettrons en place l’équipe la plus performante. Et nous savons pertinemment que la plupart des joueuses évoluent à l’extérieur. Nous devons ensuite souhaiter que le calendrier soit favorable pour solliciter les joueuses qui font la force de la Côte d’Ivoire.

 

Propos recueillis par Armel YAO

A lire aussi ...

TOP