Flash Info

  • 13/11/2018Athlétisme: La représentation CPI en Côte d'Ivoire organise un cross populaire le 24 novembre entre Treichville et Marcory
  • 13/11/2018Media: La FIFA organise un Forum de développement pour les journalistes d'Afrique francophone le 5 Décembre à Lomé
  • 13/11/2018Rugby-Côte d'Ivoire: Le championnat national 2018-2019 démarre le 15 décembre prochain
  • 12/11/2018Football-Tournoi U20 UFOA B- Tirage-Groupe A : Togo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal
  • 12/11/2018Football-Tournoi U20 UFOA B- Tirage-Groupe B: Nigeria, Bénin, Ghana, Niger
  • 12/11/2018Football-Ligue 1-10è journée: Moossou FC 3-0 SOA -- AFAD 1-0 ASI Abengourou
Football
Elephants

Gbohouo, géant aux pieds d’argile

11 September 2018 0

Ses prestations loin de la norme de 2015 l’ont peu à peu mis au banc des accusés, pour  la frilosité de la défense des Eléphants. Sa sortie à Kigali n’a point surpris ceux qui le clouent, preuves à l’appui, au pilori depuis la CAN 2017.

« Je tenais à présenter mes excuses et à demander pardon à toute la nation ivoirienne (…) Je suis le premier déçu de ma prestation (…) Je comprends la frustration de tous. Je la supporte. Je promets me remettre au travail pour revenir plus fort ». Ce mea-culpa ne date pas d’hier. Plutôt du lendemain de l’élimination de la Côte d’Ivoire de la Coupe du Monde 2018. Il semble pourtant d’actualité. Les « excuses » de Sylvain Gbohouo, sont, depuis la CAN 2017, monnaie courante. Tout comme ses prestations, loin d’être enivrantes. 

Après 2015, où il a pris son envol chez les Eléphants, avant de se blesser, pour laisser s’élever Copa Barry dans la gloire de la CAN Equato-guinéenne, Sylvain est resté loin du niveau des 164 matches joués avec le Séwé Sport de San Pedro. Surtout avec les Eléphants. Dimanche, à Kigali, face aux Amavubis du Rwanda, Gbohouo est encore tombé de haut. Sa mauvaise appréciation de la transversale qui s’est muée en réduction du score signé Medie Kagere. Un classique auquel les Ivoiriens ont du mal à s’habituer. Les observateurs aussi. Surtout que sa légendaire position avancée, aurait pu couter un but à la Côte d’Ivoire dès l’entame de la partie, si sa transversale, qui a frissonné à 3 reprises, n’avait pas suppléé sa prise de risque inconsidérée. Que dire alors du carton jaune écopé ? Une autre spécialité du portier numéro 1 des Eléphants, qui a du mal avec l’expression “grappiller du temps“.

Son statut “d’intouchable“ bousculé il y a peu par lui-même est aujourd’hui plus que contesté. Sylvain Gbohouo n’est plus indiscutable. Et ce n’est la faute qu’au seul portier du TP Mazembe qui fait le lit de son éviction souhaitée par la masse. D’ailleurs, d’autres noms sont évoqués. Déjà pour la double opposition d’octobre avec le Centrafrique. Sangaré Badra et Cissé Abdoul Karim, après l’exil golfique de Blé Zadi, se bousculent déjà sur les lignes de la presse nationale, pour apporter une autre sensibilité aux buts ivoiriens qui, actuellement, ne rassurent pas grand monde. Des supporters soulagés par la victoire étriquée des Eléphants, mais qui ne veulent plus voir battre leur cœur d’une peur qui a désormais un nom : Sylvain Gbohouo. A moins qu’il reprenne ses bonnes habitudes, du haut de son imposant 1m92.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP