Flash Info

  • 04/02/2023Football-International : Après seulement 4 mois, Fabio Cannavaro limogé par Benevento (Serie B Italie)
  • 04/02/2023Football-Eléphants-International : Six mois après avoir été opéré d'un cancer des testicules, Sébastien Haller a débloqué son compteur avec le BVB face à Fribourg (5-1)
  • 04/02/2023Football-CHAN 2022 : Le Sénégal bat l'Algérie aux TAB (0-0, 4-5) et remporte la compétition
  • 04/02/2023Athlétisme : Meeting de Miramas : Arthur Cissé s'impose sur le 60 m et signe la 4e performance de l'année en 6"57 s
  • 03/02/2023Football-CHAN 2022 : Le Madagascar bat le Niger (0-1) et termine à la 3e place
  • 03/02/2023JO 2024 : La flamme partira de Marseille au printemps 2024

Dopage : le Kenya peut-il être banni des compétitions ?

Athlétisme

Dopage : le Kenya peut-il être banni des compétitions ?

30 November 2022 0

Les bruits proviennent rarement de fantômes. Depuis jeudi 24 novembre, des médias kenyans et britanniques, relayés par l'agence de presse Reuters, rapportent que le Kenya pourrait risquer le bannissement des compétitions d'athlétisme à la suite des nombreux cas de dopage dont ses athlètes font l'objet depuis plusieurs mois (55 suspendus à ce jour).
Un début d'emballement qui trouve son origine dans un courrier envoyé à World Athletics par le ministre des Sports kenyan, Ababu Namwamba, dans lequel ce dernier assure vouloir prendre des « mesures fermes » avec une « tolérance zéro ». Une manière d'anticiper la défense des actions du gouvernement et de la Fédération kenyane d'athlétisme. « Nous ne permettrons pas à des individus contraires à l'éthique de ruiner la réputation du Kenya par le dopage, a ensuite tweeté, vendredi, Namwamba. Nous devons vaincre le dopage et ses auteurs. » Comme nous l'a confirmé WA, ce courrier a bien été reçu par l'instance internationale avant son Conseil qui doit se tenir mardi et mercredi à Rome.
Un rendez-vous où la question du Kenya sera évidemment posée puisque, comme c'est le cas à chaque Conseil, l'AIU viendra faire un rapport sur la liste des pays sous surveillance. Qu'est-ce qu'il en sortira, là est toute la question. Joint récemment, le patron de l'AIU, Brett Clothier, semblait confiant dans le travail entrepris avec l'agence kenyane antidopage et le laboratoire accrédité par l'AMA de Nairobi, déclarant « très bien collaborer » avec le Kenya et que « nous pouvons améliorer la situation ».
Histoire d'ajouter de la pression sur un pays qui se situe dans une position extrêmement délicate entre de très bons résultats sportifs et de nombreux cas de dopage, entraînant, évidemment, l'ire des autres.

TOP