Flash Info

  • Il y a 4 heures 47 min Athlétisme : 23es Championnat d'Afrique Sénior : Jessika Gbaï et Koné Maboundou en finale du 200 m
  • Il y a 8 heures 33 min Football-Ligue 2-Dernière journée : ISCA saisit le TAS pour annuler son match à rejouer contre Yamoussoukro FC
  • Il y a 12 heures 28 minAthlétisme-23es Championnat d'Afrique Senior : Le relais masculin ivoirien 4x100 m se bronze à Douala avec un chrono de 39"77 s
  • Il y a 12 heures 28 minFootball-Transferts : Le Mouloudia Club d’Alger ferme la porte à un départ de Mohamed Zoungrana
  • Il y a 12 heures 29 minFootball-Transferts : Jean-Eudes Aholou s’engage avec le promu le SCO Angers
  • 23/06/2024Football-Coupe Nationale 2024 : Le RCA bat l’Asec Mimosas 1-0 et remporte sa première coupe

Football/ CI-Madagascar a Bouaké: La preuve concrète d’une réconciliation vraie

Football

Football/ CI-Madagascar a Bouaké: La preuve concrète d’une réconciliation vraie

3 June 2007 0
Football/ CI-Madagascar a Bouaké: La preuve concrète d’une réconciliation vraie

Le match Côte d’Ivoire-Madagascar qui vient de se dérouler à Bouaké est tout un symbole. Le résultat est anecdotique comparativement à l’enjeu politique recherché. En effet, les Eléphants n’avaient rien à craindre face aux « zebus sauvages » qu’ils ont battu facilement à Madagascar (0-3). Toutefois Didier Drogba et ses camarades avaient à cœur de marquer le coup. Offrir un spectacle à Bouaké dans la capitale des ex-rebelles et prouver ainsi que la paix est irréversible pour les ivoiriens.
A 10 H 30, quand nous prenons la route pour Bouaké, nous sommes animés par un sentiment d’inquiétude doublé d’une émotion. Un match international à Bouaké est ce possible ? D’autant plus que depuis le déclenchement de la rébellion le 19 septembre 2002, les infrastructures sont tombées en ruine ou presque ; le tournoi de la paix qui a réuni des équipes ivoiriennes n’a pas été une vraie occasion pour réhabiliter le stade Municipal de Bouaké.
Et comme l’affirmait l’ingénieur M. BANNY , « aucun plan d’entretien n’a été mis en place ». Depuis l’annonce du match, ils ont été, en deux mois, à pied d’œuvre pour offrir un terrain qui respecta les normes internationales. Mission impossible. Pensons nous.
Grande fut notre surprise de nous rendre compte une semaine avant le match du travail d’hercule abattu. Du désespoir, nous virons à l’espoir avec un brin de scepticisme. Une pelouse d’à peine 2 semaines ? ce scepticisme est accentué par la désobligeance constatée des soldats des frontières nouvelles à la frontière qui nous ont exigé un « laisser passer » à Djébonoua, ( frontière entre la zone loyaliste et la zone force nouvelle) où nous passions une demi heure parce que refusant de payer les 5000 F de « laisser passer ».
Grâce à l’un de nos contacts, nous trouvions une issue favorable et arrivions à Bouaké sans omettre le paiement de pourboire (200 F à 500 Frs) aux différents barrages. (ce qui n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire).
Aussi, ce dimanche en partance pour Bouaké, le long cortège des FANCI (constitués de 3 cars de 60 places, une ambulance, 6 véhicules 4 X 4) qui se dirigeait à Bouaké, ne nous laissa pas indifférent. Et nous nous demandions comment seraient-ils accueillis par « les ennemis d’hier ». .. Et comme par enchantement, nous traversions ce dimanche Djébonoua sans difficultés et rentrons à Bouaké le plus paisiblement du monde.
A notre arrivée, la ville de Bouaké était en fête. Aux dires de nos reporters qui étaient sur place depuis le samedi, dès 6H 00, les supporters bouakéens avaient pris d’assaut le stade, les forces de l’ordre de forces nouvelles n’arrivant pas à contenir cette foule furent obligés d’ouvrir les portes du stade à 9 H au lieu de 11H30, comme prévu.
Un impressionnant dispositif sécuritaire fut mis en place… Et aux dernières nouvelles le cortège des FANCI a pu entrer à Bouaké sans problèmes de même que les nombreux supporters venus d’abidjan.
A 15H10, lorsque l’arbitre donna le coup d’envoi les 25 000 places du stade étaient occupés par les supporters ivoiriens de Bouaké et d’Abidjan, main dans la main pour pousser leurs Eléphants qui ont brillamment battu les « zébus sauvages » 5-0.Avec comme buteurs Kalou Salomon, Koné Arouna (2buts), Touré Yaya et Didier Drogba.Didier Drogba, le capitaine des Eléphants, tout un symbole lui aussi. Comme le destin a su faire les choses, c’est Didier Drogba l’ambassadeur de la paix, qui a pris le pari de contribuer à la paix par le football à Bouaké, qui marque le dernier but de la rencontre.
Les Eléphants viennent de démontrer au monde entier que la paix est une réalité. Les politiques n’ont donc plus le choix.
Vive le sport !
Sautiguy pegnouwara

A lire aussi ...

TOP