Flash Info

  • 05/12/2019Football-Ligue 1-9e journée : WAC 0-1 SC Gagnoa - Issia Wazi 1-1 ASI - SOL FC 1-1 Africa Sports
  • 04/12/2019Football-Ligue 1-9e journée : SOA 2-1 Bouaké FC - ASEC Mimosas 4-0 AS Tanda
  • 04/12/2019Football-Ligue 1-9e journée : USC Bassam 1-1 AFAD
  • 04/12/2019Football-Ligue 1 : Jean Baptiste Aka limogé par la SOA . Il est remplacé par Traoré Siaka (Gigi)
  • 02/12/2019Football-Ligue 1-8e journée : SOL FC 0-1 RCA -- Africa Sports 1-1 Issia Wazi
  • 02/12/2019Football-International: Lionel Messi élu Ballon d'Or France Football 2019

Gustave Sebes / L'homme qui a invent? le football moderne

Football

Gustave Sebes / L'homme qui a invent? le football moderne

10 October 2006 0
Gustave Sebes / L'homme qui a invent? le football moderne

Gusztav Sebes
Nom: Gusztav SebesN? le: 21 juin 1906D?c?d? le: 30 janvier 1986Lieu de naissance : Hongrie
Lorsqu?il s?agit d??voquer la victoire historique de la Hongrie ? Wembley en novembre 1953, on parle parfois de ?Match du si?cle?. D?aucuns voient m?me dans cette d?faite de l?Angleterre la naissance du football moderne. Derri?re cette rencontre d?anthologie, on trouve Gusztav Sebes, le s?lectionneur national hongrois. Certes, ce match restera pour toujours marqu? de son empreinte, mais Sebes n?en est pas moins un personnage tr?s controvers?.
Si les ?Magiques Magyars? ont marqu? les esprits par la fluidit? de leur football et l??l?gance de leur attitude sur le terrain, l?Aranycsapat (l??quipe en or) a ?galement profond?ment influ? sur l??volution tactique du jeu, l?importance d?une dynamique de groupe ainsi que sur la circulation du ballon. Pour beaucoup, la formation mise en place par Sebes est l?anc?tre des ?quipes les plus talentueuses et les plus intelligentes de l?histoire du football.
Comme le disait si bien Ferenc Puskas : "Lorsque nous attaquions, tout le monde attaquait. En d?fense, c??tait pareil. Nous ?tions les pr?curseurs du Football Total."
Le saviez-vous ? Curieusement, c?est ? deux Anglais que l?on doit la r?volution qui allait permettre ? la Hongrie d?humilier l?Angleterre le 25 novembre 1953. Jimmy Hogan, farouche partisan du jeu au sol et de ce que l?on appellera plus tard le ?Style Danubien,? est souvent cit? en r?f?rence par Sebes. ?C?est lui qui nous a tout appris?, reconna?t-il volontiers. De m?me, l?id?e de disposer d?un avant-centre capable de revenir chercher les ballons au milieu du terrain pour donner davantage de flexibilit? ? l??quipe a fait son chemin en Hongrie apr?s que l?entra?neur de Tottenham, Arthur Rowe, soit venu y donner une conf?rence en 1940. Sebes a effectu? l?essentiel de sa carri?re de joueur dans les ann?es 20 ? Vasas et au MTK. Geoffrey Green est rest? c?l?bre pour son article paru dans le Times en 1953 apr?s le match de l?Angleterre contre la Hongrie. Pour lui, les Anglais ?sont devenus des ?trangers dans un monde ?trange, un monde o? s?agitent des fant?mes rouges. Car c?est bien ? cela que ressemblaient, dans leurs maillots rouges vifs, les Hongrois avec leur vitesse effrayante, leur technique surnaturelle et leur efficacit? venue d?ailleurs?. L?almanach de l?ann?e 1953 ?dit? par la FA revient lui aussi sur cette d?faite : ?Les Hongrois doivent leur victoire ? leur capacit? ? ma?triser le jeu ? l?anglaise : permutation des attaquants, m?lange de jeu court et de jeu long, une base d?fensive solide? Mais leurs joueurs faisaient preuve d?une pr?cision presque g?om?trique et d?un toucher de balle qui confinait ? l??l?gance. En dehors de cela, ils ont ?galement r?ussi ? surmonter les faiblesses traditionnelles du football continental dans la finition, puisque quatre de leurs six buts ont ?t? inscrits de l?ext?rieur de la surface de r?paration.? On raconte que Sebes aurait eu la joue entaill?e dans le couloir menant au vestiaire lors des incidents ayant ?maill? la fameuse ?Bataille de Berne?, opposant le Br?sil et la Hongrie en quart de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Suisse 1954. Sebes aurait, para?t-il, re?u un coup de t?l?phone du Premier ministre-Secr?taire G?n?ral du Parti Communiste la veille de la finale du Tournoi Olympique 1952 pour l?informer ?qu?aucun ?chec ne serait tol?r??. La Hongrie a battu la Yougoslavie 2-0. Gyula Mandi a ?t? un alli? pr?cieux pour Sebes. C?est lui qui avait en charge la gestion de la discipline avec les joueurs. Et c?est ?galement lui qui a mis au point quelques-unes des m?thodes d?entra?nement les plus avant-gardistes de son ?poque. Le football communisteCompte tenu des origines modestes de Sebes et de la nature m?me du concept de Football Total, il n?y a rien d??tonnant ? ce que le technicien hongrois se soit lanc? dans cette aventure. Cette id?e d?une ?quipe compos?e de joueurs travaillant en harmonie et capables d?occuper n?importe quel poste sur le terrain ne pouvait que convenir ? un homme comme Sebes, tr?s ?pris du communisme. Pour lui, il ne s?agissait pas de Football Total mais de ?football communiste?. Sebes ayant longtemps travaill? comme contrema?tre ? Paris et ? Budapest, il a eu tout le temps de d?velopper ses qualit?s de chef. C?est cette capacit? ? motiver ses troupes qui a fait en partie le succ?s de son ?quipe.
"Si nous parvenons ? vaincre les Anglais ? Wembley, nous entrerons dans l?histoire", disait ?Oncle Guszhi?, comme ses joueurs l?avaient surnomm?, avant le match. Ses extraordinaires talents d?orateur le faisaient fr?quemment d?border du cadre purement sportif pour verser dans la politique, comme ce fut notamment le cas avant cette fameuse rencontre de novembre 1953. Pour Sebes, la Hongrie allait disputer une rencontre face aux cr?ateurs d?cadents du football, et ce au c?ur de leur empire.
Gyula Grosics, ? l??poque gardien de but de la s?lection nationale, s?en souvient encore : ?Sebes ?tait un communiste convaincu et cela se sentait dans chacune de ses paroles. Chaque rencontre importante, chaque comp?tition, ?tait pour lui un enjeu politique. Il nous a souvent expliqu? que la lutte entre le capitalisme et le communisme se retrouvait sur le terrain, comme partout ailleurs.?
Le gouvernement communiste de Hongrie r?compense Sebes en lui attribuant le titre de ministre adjoint aux Sports et lui laisse le contr?le total de son ?quipe. S?inspirant des succ?s de l?Italie en Coupe du Monde de la FIFA avant la guerre, il d?cide de faire principalement appel aux joueurs de deux clubs, Honved et le Drapeau Rouge (ex MTK). En jouant sur les points forts de ses meilleurs techniciens, il met sur pied un syst?me qui tire le meilleur parti possible du formidable potentiel offensif ? sa disposition : avec Puskas sur la gauche, Sandor Kocsis au centre et Nandor Hidegkuti en pointe, Sebes ne manque pas de joueurs de qualit?.
La R?volution de 1953Pour reprendre le discours politique de Sebes, on peut comparer la victoire de 1953 ? une r?volution par une froide journ?e d?hiver. Les Anglais, jusque-l? invincibles ? Wembley, subissent une retentissante correction et le score final (3-6) ne rend pas justice ? la domination sans partage des Hongrois. La rigueur et la technique des Magyars laissent les Anglais sans r?action, aussi bien sur le terrain que dans les tribunes.
Un des plus grands joueurs de l?histoire du football anglais, Sir Tom Finney, r?sumera parfaitement les choses en disant : ?C??tait comme des chevaux de course contre des chevaux de labour? C??tait sans doute la meilleure ?quipe que j?aie jamais vu jouer. Des joueurs exceptionnels et un sch?ma de jeu totalement in?dit ? l??poque.?
Une autre l?gende anglaise, Sir Stanley Matthews, ne dit pas autre chose : ?C?est la meilleure ?quipe contre laquelle j?ai jamais jou?. Ces joueurs-l? ?taient vraiment les meilleurs."
Comme s?ils ne voulaient laisser aucune place au doute, les Hongrois infligent une nouvelle punition (7-1) aux Anglais quelques mois plus tard, au Nepstadion de Budapest. Avec ce nouveau succ?s, Sebes, Puskas et les autres sont d?sormais les grands favoris de la Coupe du Monde de la FIFA 1954. La meilleure ?quipe du mondeCar les victoires de l??quipe hongroise ne se limitent pas ? la double confrontation face ? l?Angleterre dans les ann?es 50. La Hongrie remporte la m?daille d?or des Jeux Olympiques d?Helsinki en 1952, inscrivant au passage 18 buts pour un seul encaiss?. En finale, elle dispose 2-0 d?une ?quipe yougoslave pourtant au sommet de son art.
Les ?Magiques Magyars? ont ?galement longtemps d?tenu le record d?invincibilit? au niveau international avec quatre ans et 31 matches (dont 27 victoires) sans d?faite. Le parcours des Hongrois en Coupe du Monde de la FIFA 1954 se passe ?galement de commentaires : victoires 9-0 contre la Cor?e du sud et 8-3 contre la R.F.A. au premier tour avant d?atteindre la finale gr?ce ? deux victoires 4-2 sur le Br?sil et l?Uruguay en quart et en demi.
Mais les meilleures choses ont une fin et, parfois, les plus grandes ?quipes connaissent un destin tragique. Confront? ? une ?quipe de R.F.A. totalement remani?e par rapport ? celle qu?ils avaient largement battue au premier tour, Sebes et les Hongrois vont tomber dans le pi?ge. Ils prennent rapidement l?avantage et m?nent d?j? 2-0 apr?s huit minutes de jeu, mais les Allemands refusent de s?en laisser conter. En dix minutes seulement, ils reviennent ? ?galit? et inscrivent le but de la victoire ? six minutes du coup de sifflet final. Descente aux enfersCette d?faite s?av?re particuli?rement difficile ? accepter pour le s?lectionneur, l??quipe et tout le pays. Sebes invoque la malchance. Il est vrai que la pluie battante qui a rapidement d?tremp? la pelouse, les nombreuses blessures survenues au cours des matches pr?c?dents et le but ?galisateur refus? ? Puskas dans les derni?res minutes de jeu n?ont certainement pas servi les Hongrois. Pourtant, cette excuse ne l?emp?chera pas de recevoir de nombreuses menaces de mort. Avant la rencontre, Sebes avait pourtant parfaitement identifi? la nature du d?fi que ses joueurs auraient ? relever en finale de la Coupe du Monde de la FIFA : ?Notre plus dangereux ennemi n?est pas tant la fatigue que la nervosit?. Je n?aurais jamais cru que la Coupe du Monde de la FIFA puisse ?tre une comp?tition aussi ?prouvante.?
Cette d?faite 3-2 au stade Wankdorf marque le d?but de la fin de la grande ?quipe hongroise, m?me si l??quipe de Sebes conna?t encore une belle s?rie de 18 matches sans d?faite jusqu?au d?but de l?ann?e 1956 et un faux-pas devant la Turquie. Elle encha?ne sur un match nul puis deux d?faites. Il n?en fallait pas davantage pour sceller le destin de Sebes. Quelques mois plus tard, les tanks de l?arm?e rouge p?n?trent dans la capitale hongroise, Puskas et quelques autres passent ? l?ouest, et la Guerre Froide finit de brouiller le sort de la majorit? des membres de l?Aranycsapat.
Pendant quelque temps, Sebes continue ? travailler dans le football, comme entra?neur puis comme dirigeant, mais ses d?saccords avec la f?d?ration hongroise ne cessent de s?aggraver. Le lent d?clin de l??quipe nationale semble lui donner raison. L??quipe olympique n?est pas autoris?e ? d?fendre son titre aux Jeux de 1956 et l??quipe qui se qualifie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Su?de 1958 est nerveuse et sans grand talent. Cette ?quipe n?a plus rien ? voir avec celle qui faisait r?ver le monde entier quelques ann?es auparavant. Mais, gr?ce en partie ? Sebes, la Hongrie n?oubliera jamais l?ann?e 1953.
Tactique Dans la Hongrie des ann?es 40 et 50, le d?bat tactique fait rage. Compte tenu des r?centes ?volution du football, aussi bien en termes techniques qu?en terme de r?gles, la question est de savoir comment disposer au mieux ses joueurs sur le terrain pour tirer le meilleur parti de ces changements. On attribue g?n?ralement ? Marton Bukovi l?id?e d?inverser le traditionnel 3-2-5 (aussi connu sous le nom de W-M) en repla?ant l?avant-centre au milieu du terrain et en faisant monter les deux milieux les plus offensifs. Conscient que ces changements laissaient la d?fense tr?s vuln?rable en cas de contre-attaque, il demanda alors ? un de ses milieux de terrain de se concentrer plus sp?cifiquement sur le jeu d?fensif. C?est sans doute ainsi qu?est n? le 4-2-4. C?est de ce syst?me que s?est inspir? Sebes pour son ?quipe de Hongrie. Nandor Hidegkuti jouait le r?le d?attaquant de soutien, tandis que Sandor Kocsis et Ferenc Puskas tenaient le r?le d?avants-centres. Il encourageait ?galement ses d?fenseurs ? participer au jeu offensif et son gardien, Gyula Grosics, ? jouer pratiquement en position de lib?ro. On a m?me parfois utilis? le terme de ?quatri?me arri?re? pour d?crire son poste. Curieusement, c?est un autre Hongrois, Bela Guttman, qui a converti les Br?siliens aux vertus d?un 4-2-4 plus orthodoxe, lors d?un voyage en Am?rique du sud. Ce sch?ma allait devenir la base sur laquelle leur ?quipe de 1958 allait conqu?rir le monde.
Carri?re d?entra?neur Equipe nationale
1949 -1956 Hongrie
Palmar?s international
Finaliste de la Coupe du Monde de la FIFA 1954 M?daille d?or olympique 1952 suite... source Fifa

A lire aussi ...

TOP