Flash Info

  • 06/12/2022Tennis : Novak Djokovic débutera sa saison à Adelaïde pour préparer l'Open d'Australie
  • 06/12/2022Football-Coupe d'Asie 2027 : L'Arabie saoudite seule candidate à l'organisation après le retrait de l'Inde
  • 06/12/2022Autres-Sports : Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2026 débuteront du 31 octobre au 13 novembre
  • 06/12/2022Athlétisme : Armand Duplantis (saut à la perche) et Sydney McLaughlin-Levrone (400m haies) désignés sportifs de l'année
  • 06/12/2022Football-CHAN 2022 : Kalilou Traoré et Herman N’Goh ont été retenus pour officier les matches
  • 06/12/2022Football-Coupe CAF : Le tirage au sort de la phase de groupes aura lieu le 12 décembre prochain

Gasset, Aurier et le brassard

Football
Elephants

Gasset, Aurier et le brassard

26 September 2022 0

Après trois matches sur le banc des Eléphants dont le dernier s’est soldé par une victoire sur le Togo (2-1), Jean Louis Gasset se fait peu à peu une idée de son groupe au sujet duquel il a livré ses sentiments, sur le site officiel de la Fédération Ivoirienne de Football.

La victoire 2-1 de la Côte d’Ivoire sur le Togo, samedi dernier en amical, n’a pas fait grimper au rideau Jean Louis Gasset. Si le technicien français a retenu une bonne entame de deuxième période, il n’a pas oublié les quelques erreurs de la première face à des Eperviers bien en place. « On avait du mal à mettre de la vitesse dans nos transmissions. Techniquement, on a perdu des ballons de relance assez faciles. Et derrière, on s’est fait prendre en contre deux ou trois fois. Ça aurait pu être préjudiciable, mais après, on a bien défendu. Une fois l’erreur commise, on a bien défendu ou le gardien a fait un bel arrêt. En première mi-temps c’est vrai que c’était  laborieux », a-t-il déclaré.

“Ce n’est pas en trois jours qu’on crée un fond de jeu“

Une fois stabilisée avec les réalisations de Seko Fofana et Franck Kessié, la Côte d’Ivoire a redonné espoir aux Togolais sur des errements  individuelles. « C’est soit le relâchement, soit la crispation. C’est vrai qu’on a eu deux ou trois fois la balle du 3 à 0. On ne l’a pas mise dedans mais sur une erreur défensive, on a pris un but à cinq minutes de la fin qui nous a fait douter un petit peu. Mais on a tenu », a-t-il analysé. Pour gommer les imperfections, c’est « collectivement, (qu’) on a à travailler ». Par contre, « ce n’est pas en trois jours qu’on crée un fond de jeu. Les joueurs n’ont pratiquement jamais évolué ensemble et on a des écarts de niveau physique hallucinants ». Et dans la case des joueurs en dedans physiquement, il y avait Serge Aurier.

“Pourquoi j’ai convoqué Serge Aurier“

Critiqué pour avoir fait le choix de convoquer l’ex-défenseur du PSG, Jean Louis Gasset s’est expliqué. « Il n’est pas le seul et pour des raisons différentes, il y a trois ou quatre joueurs qui n’ont pas encore évolué dans un championnat. Ça doit être une bouffée d’oxygène pour eux de retrouver l’équipe nationale. Ils viennent avec la bonne mentalité. Bien sûr, il leur manque du physique mais on est là pour aider et comme on dit dans le jargon, les remplir pour qu’ils reprennent confiance et surtout travaillent physiquement ». Comme Serge Aurier, Simon Déli et Sinaly Diomandé qui « n’ont pas une minute de temps de jeu », ont été appelés pour les remettre en selle.

Pour le brassard, “il n’y a rien de défini“

Capitaine des Eléphants depuis le 10 juin 2017, Serge Aurier ne s’est pas vu remettre le brassard à son entrée par Franck Kessié, choisi par Gasset assumer la responsabilité. Une situation que le sélectionneur des Eléphants a tenu à clarifier. Surtout que plusieurs cadres sont en manque de temps jeu. « On est dans une période d’observation. De nouveaux joueurs sont arrivés, je regarde vivre le groupe. On travaille tactiquement différents schémas. Et puis déjà, Aurier, il ne jouait pas, donc j’ai fait comme on fait d’habitude, à l’ancienneté. Mais il n’y a rien de défini. Je vous l’ai dit, j’ai besoin de vivre avec eux des rassemblements comme ça, pour voir celui qui a le leadership dans ce groupe. Donc, ça peut encore bouger jusqu’à à la fin de la compétition ». Ainsi, Jean Louis Gasset n’a pas encore fait le choix définitif de son capitaine. Ni au sujet du “Onze“ qui sera face à la Guinée mardi pour la deuxième opposition amicale de ce mois de septembre. « Pour le premier match, il y a six nouveaux joueurs qui ont débuté.  Peut-être que face à la Guinée, ça sera des joueurs qui n’ont pas participé au premier match qui vont débuter », a laissé entendre Gasset.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP