Flash Info

  • 27/09/2020Football-Mercato : Sangaré Ibrahim s'engage jusqu'en 2025 en faveur du PSV Eindhoven en Hollande
  • 27/09/2020Football-Mercato : L’ASEC Mimosas a annoncé avoir prêté Salifou Diarrassouba au club suisse du FC Saint-Gall 1879
  • 27/09/2020Tennis-Roland-Garros : Seulement 1000 spectateurs autorisés par les autorités françaises
  • 27/09/2020Athlétisme : Les championnats d'Afrique seniors se dérouleront à Alger au mois de juin 2021
  • 27/09/2020Football-Mercato : Amed Touré, ancien joueur de l'ASEC Mimosas, signe à l'AS Kaloum en Guinée
  • 26/09/2020Judo-Côte d'Ivoire : Dabonné Seydou nouveau président président de la Fédération Ivoirienne de Judo

Football - Elephants : Portrait robot du futur sélectionneur

Football
Elephants

Football - Elephants : Portrait robot du futur sélectionneur

4 July 2014 0
Portrait robot du futur sélectionneur

La prise de décision est la conséquence d’une analyse à froid de l’historique du problème. Pour le football ivoirien , il faut sans passion reconnaître que cette fabuleuse sélection de Côte d’Ivoire (depuis 2006 à ce jour ) a manqué de chance en dépit de la valse des entraîneurs. La Côte d’Ivoire aurait été championne d' Afrique au moins deux fois si le facteur aléatoire, n’avait pas joué en leur défaveur. En effet, le rang de première nation africaine de 2010 à 2012 n’a pas été fortuit.

Malheureusement les dirigeants fédéraux qui ont fait souvent le mauvais casting,ont pertubé la progression du groupe sur la durée. Aujourd'hui cette génération est au bout du rouleau après avoir qualifié la Côte d’Ivoire pour trois Coupes du Monde et enrichi la Côte d’Ivoire sportive et la fédération ivoirienne financièrement. Il faut globalement leur tirer le chapeau  plutôt que de les prendre pour des gamins insconcients. C'est pourquoi, il faut leur adjoindre un manager qui connait ces situations.

Le manager marketing et aux cv remplis

C’est le genre de manager style Mourhino, Anceloti, Trapatoni... Ce profil a l’avantage de gérer de grosses pointures du football et a le charisme nécessaire pour se faire respecter et imposer une discipline à tous les niveaux. La Côte d’Ivoire a -t-elle les moyens et les ambitions de ce profil ?

 

Le manager bosseur mais inconnu

Il s'agit des profils comme Troussier lorsqu’il arrivait à l’Asec en 1992,...Ce profil peut faire l’affaire mais il faut vraiment avoir le nez creux. Et avec le cas Lamouchi, la FIF devrait réfléchir par deux fois avant d’aller à l’aventure.
 

Le manager "africain"

Ici deux profils se dégagent : il y a les expatriés qui ont fait toutes leurs classes en Afrique et qui connaissent bien l’environnement pour faire face à ses réalités : ce sont les Claude Leroy, Hervé Renard... Malheureusement ces derniers ont rarement eu de secondes expériences fructueuses...

- Les entraîneurs d’origine africaine (ivoirienne aussi) qui en dépit du complexe des dirigeants fédéraux ont réussi aux forceps à réaliser des résultats acceptables ( Zahui, Yeo Martial, Appiah kwashi,Keshi, Shehata...)
Ces derniers sont réclamés mais en general en bisbille avec les dirigeants ou les joueurs. La raison: de grosses incompatibilités irréconciliables ...

Le manager alchimiste

Ce sont des profils capables mais insoupçonnés qui résultent d’une vraie alchimie. Ce sont les exemples comme Avram Grant, Di Matteo...

Préconisons que ce genre de choix et notre casting s’oriente vers Joseph Antoine Bell, ancien international camerounais, entraîneur diplômé ayant une grande connaissance du football ivoirien mais jamais sollicité et pas non plus dans la recherche obstinée. Un choix que les profanes ou des passionnés trouveront "irréalistes" mais que nous pensons être le vrai coup de poker pour 2015. Le véritable  entraîneur projet des Eléphants devra être connu après la coupe d’Afrique de cette année et pour au moins 4 ans. Et cette longue période permettra aux instances dirigeantes de ne pas prendre de décision hâtive. 

 

Sautiguy Pegnouwara

A lire aussi ...

TOP