banniere-sport-vac2024__1010.jpg

Flash Info

  • Il y a 1 heure 27 minAthlétisme : Le Maroc termine leader du championnat arabe U23 avec 32 médailles dont 16 en or
  • Il y a 1 heure 29 minJudo-Afrique : Les championnats d'Afrique cadet et junior prévu du 15 au 17 juillet à Yaoundé au Cameroun
  • Il y a 1 heure 30 minMali : Habib Sissoko réélu pour un mandat de 4 ans à la tête du Comité National Olympique
  • Il y a 1 heure 43 minJ.O Paris 2024 : Thierry Henri va porter la flamme olympique le 14 juillet
  • Il y a 1 heure 48 minFootball-Côte d'Ivoire : Le RCA de Yopougon organise une parade dans la commune le dimanche 14 juillet 2024
  • Il y a 3 heures 29 minFootball-Eléphants : L’ancien gardien des Éléphants de Côte d’Ivoire, Zagoli Golié Marcel est décédé ce vendredi 12 juillet matin

CHAN 2018 : « Apporter l’expérience du CHAN au WAC »

Football
Elephants
CAN

CHAN 2018 : « Apporter l’expérience du CHAN au WAC »

29 January 2018 0

A la veille des demi-finales du CHAN 2018, Diallo Kouassi Romuald est revenu sur notre demande sur les raisons de l’élimination de la Côte d’Ivoire de la compétition dès le premier tour. Le défenseur et capitaine du WAC d’Abidjan souligne le niveau collectif et physique des Eléphants.

Diallo Kouassi, désolé de remuer le couteau dans la plaie, mais qu’est ce qui n’a pas fonctionné chez les Eléphants qui partaient au Maroc en conquérant après la victoire en amical sur le Soudan ?

Nous étions venus en conquérants, malheureusement nous sommes tombés sur des adversaires qui étaient de taille, il faut le reconnaitre. Ce sont des équipes qui ont plus d’expérience par rapport à la notre.  Des équipes qui ont su profiter de leurs occasions contrairement à nous. Ils nous ont fait très mal et c’est également une leçon pour nous qui n’avons pas pu nous mettre à la hauteur de la compétition mais aussi des attentes du coach et des Ivoiriens.

Certains ivoiriens ont trouvé comme prétexte le froid glacial qu’il fait à Marrakech pour expliquer l’élimination de la Côte d’Ivoire. Cela peut-il expliquer votre prestation ?

Non du tout. Le climat était inhabituel mais ce n’est pas foncièrement la raison de notre élimination. Il faut plutôt parler de notre réel niveau physique, collectif et technique. Nous n’avons pas su mettre en en pratique les consignes du coach. Il ne faut pas se trouver d’autres excuses que celles que je viens d’indiquer. Il nous faut forcément du temps pour construire une équipe encore plus conquérante.

Vous qui suivez maintenant de loin la compétition, quel est pour vous le favori de la compétition ?

Pour moi, le pays organisateur part favori. Le Maroc est peut-être tombé sur un groupe abordable, mais il a une meilleure maitrise collective. Mais attention parce que le CHAN reste une compétition piège. Il faudra faire attention à la Libye qui a déjà remporté le trophée et aussi au Nigeria. Rien ne sera facile et je suis bien placé pour dire que le favori n’est pas toujours là où on l’attend dans ce genre de tournoi.

Vous suivez le CHAN mais vous avez en tête également la Caf Ligue des Champions avec le WAC qui se déplace au Mali pour affronter le Stade Malien, le 10 février prochain. Le CHAN était-il un bon apprentissage ?

Cette première compétition pour moi et Zan Bi (Roland) nous a permis de toucher la réalité de la coupe d’Afrique. Nous savons à quoi nous en tenir. Notre envie est de permettre à l’équipe de bénéficier de cette expérience. Elle est douloureuse au niveau du résultat mais elle nous a beaucoup apporté en enseignement. Et face au Stade Malien, notre jeune équipe n’entend pas faire de la figuration.

Propos recueillis par Patrick GUITEY

Envoyé spécial à Casablanca

A lire aussi ...

TOP