Flash Info

  • 25/11/2021Basket- Elim.CM23: CI vs Angola ce vendredi 26 novembre 2021 à 16h GMT en Angola
  • 24/11/2021Football-Transferts : Giovanni Sio fait son retour à Sion
  • 23/11/2021Election FIF : Quatre parrainages seront autorisés pour plus de démocratie
  • 23/11/2021Football-Eléphants : Patrice Beaumelle maintenu dans ses fonctions de sélectionneur national
  • 22/11/2021Basket-Côte d'Ivoire : Le Championnat National 2021-2022 démarre le 18 décembre 2021
  • 18/11/2021Basketball: L' Assemblée Générale Ordinaire de la FIBB prévue pour le 20 novembre prochain

Centres de formation : La chasse aux ?coles boutiques

Autres Sports

Centres de formation : La chasse aux ?coles boutiques

7 May 2005 0
Centres de formation : La chasse aux ?coles boutiques

Apr?s trois ann?es d?observation, le pr?sident de la F?d?ration ivoirienne de football, Jacques

Anouma, a d?cid? de mettre de l?ordre au niveau des centres de formation. D?sormais, les centres

auront un cahier des charges digne de ce nom, et tous ceux qui ?volueront en dehors des r?gles

seront ?pingl?s et somm?s de fermer boutique. Voil? en gros la substance du message du pr?sident

Anouma aux responsables des AFAF qu?il a convoqu?s il y a deux semaines ? la salle de conf?rence de

la Chambre du commerce et de l?industrie situ?e au Plateau.   Anouma

veut mettre de l?ordre
Apr?s trois ann?es d?observation, le pr?sident de la

F?d?ration ivoirienne de football, Jacques Anouma, a d?cid? de mettre de l?ordre au niveau des

centres de formation. D?sormais, les centres auront un cahier des charges digne de ce nom, et tous

ceux qui ?volueront en dehors des r?gles seront ?pingl?s et somm?s de fermer boutique. Voil? en gros

la substance du message du pr?sident Anouma aux responsables des AFAF qu?il a convoqu?s il y a deux

semaines ? la salle de conf?rence de la Chambre du commerce et de l?industrie situ?e au Plateau. En

clair, tous les centres de formation et d?animation devront s?affilier ? la FIF. Ainsi que leurs

pensionnaires devront ?tre licenci?s FIF. ?Il n? y a pas deux F?d?rations  de

football en C?te d?Ivoire. On ne peut pas pr?tendre faire de la formation et ?voluer en marge de la

FIF, seule structure ? parler au nom du football ivoirien. A moins que vous ne faites pas de la

formation de football. En tout cas, nous n?allons plus tol?rer certaines choses?, a d?clar? le

pr?sident Anouma. C?est que sur 285 centres de formation r?pertori?s, il n?y a que 185 qui

sont r?guli?rement affili?s ? la F?d?ration ivoirienne de football et appel?s AFAF. Une anarchie ?

laquelle le comit? directeur de la F?d?ration a d?cid? de mettre fin dans les mois ? venir. Anouma

et son staff ne s?arr?teront pas ? ce niveau. Ils ont d?cid? d?op?rer une certaine classification au

niveau des centres. ?Il s?agit de les classer par cat?gories. Car on abuse souvent en traitant

tout le monde de centre de formation. Un centre de formation comme celui de l?Asec Mimosas est loin

de ceux qu?on voit ?voluer sur des terrains vagues, dans les quartiers?, a pr?cis? Jacques

Anouma. Bient?t, le pr?sident de la FIF sillonnera un certain nombre de centres pour les

encourager ? pers?v?rer sur le bon chemin qu?ils ont emprunt?. ?Je remettrai des ballons que

j?ai obtenus de la FIFA aux plus m?ritants?, a-t-il indiqu?. Anouma pr?ne l?excellence. D?s

son arriv?e ? la t?te du sport roi ivoirien, le successeur de Dieng Ousseynou avait fait de la

formation et du d?veloppement du football des jeunes une de ses priorit?s. Apr?s la

qualification des El?phants au Mondial seniors de 2006, en Allemagne. Pour l?instant, Anouma tient

son pari. De 1999 ? 2005, beaucoup de choses ont ?volu? dans le bon sens au niveau du football des

jeunes. ?D?abord, nous avons suscit? l?engouement autour de la chose. Nous avons enregistr? 4170

jeunes en 2001. En 2002, le nombre est doubl? (8115) pour atteindre son paroxysme en 2003 avec

10705. La courbe ne cessait de grimper. Mais apr?s ces phases d?observation qui nous ont permis

d?asseoir une v?ritable organisation, Nous, le comit? directeur de la FIF, en accord avec la DTN,

estimons qu?il faut maintenant passer de la quantit? ? la qualit?. C?est ce que nous faisons depuis

2004?, confie Walter Ammann, le charg? du d?veloppement du football des jeunes. Du

coup, le nombre de participants aux comp?titions AFAF est revu ? la baisse. De 10705 ? 5280 joueurs.

Cette ann?es, ce sont 7055 jeunes footballeurs de 10 ? 19 ans que l?on verra ? l?oeuvre. Avec au

finish, la recherche de la qualit? ? deux niveaux. D?abord sur le plan technico-tactique,  puis

au niveau de la comp?titivit?.Mimosifcom, le mod?leAvoir ses

installations, un car de transport pour les joueurs, une infirmerie, des encadreurs qui ont du

m?tier et bien d?autres choses indispensables est le r?ve de tout bon promoteur de centre de

formation. En C?te d?Ivoire, beaucoup de centres ont ?t? inspir?s par l?Acad?mie Mimosifcom. Le

temple de football de Sol B?ni et ses petits g?nies ont fait des ?mules. Le bel exploit des gamins

de Jean Marc Guillou face ? la grande ?quipe de l?Esp?rance de Tunis en 1999 au stade

Houphou?t-Boigny a fait r?fl?chir plus d?un. Tout le monde veut fabriquer ses Acad?miciens pour

avoir une ?quipe forte capable de contrer l?Asec Mimosas de Me Roger Ou?gnin. Mais comment r?ussir ?

copier le mod?le des Mimos? C?est la question principale qui coince les uns et les

autres.Pour b?tir un centre de formation de l?envergure de celui de l?Asec, il faut savoir

?tre patient, et chercher des partenaires solides. Ce qui n?est pas toujours le cas. Beaucoup de

centres de formation ont vu le jour. Le Stella est rest? ?gal ? lui-m?me. Le Stade d?Abidjan a

r?veill? sa politique des jeunes, tandis que le Centre Amidou Sylla d?Anyama (CFAS) faisait une

perc?e fulgurante dans le milieu,  Nina FC, Littoral Fc et bien d?autres ?coles de quartiers

accompagnaient le syst?me. C?est avec beaucoup de plaisir que l?on a vu ?voluer tous ces centres

lors de la comp?tition des jeunes d?nomm?e ?G?n?ration Ivoiris? avec Walter Ammann en 1999.

Mais la plupart de ces centres qui ne reposaient pas sur du solide ont p?riclit? par la

suite. Aujourd?hui, on assiste ? la naissance de vrais ?coles de football, telles que le Centre

Cyrille Domoraud, l?Ecole de football Y?o Martial (EFYM), Dj?kanou, etc. Pourvu que la C?te d?Ivoire

arrive ? mettre en valeur tout son potentiel humain en mati?re de football.
285

?coles recens?es
Les services de la Direction technique nationale (DTN) ont

recenss? 285 ?centres de formation de football? ? travers tout le pays dont 170 pour la seule ville

d?Abidjan. Un chiffre qui n?est pas exhaustif. Derni?rement, le pr?sident de la F?d?ration

ivoirienne de football (FIF), Jacques Bernard Anouma, a annonc? pr?s de 500  centres en C?te

d?Ivoire! Des ? ?coles ? de football qui poussent comme des champignons dans le bois. Sans aucune

r?gle, et avec des objectifs tr?s souvent inavou?s. Dans les villages, les quartiers,

partout, on retrouve ces groupes de gamins qui tapent dans la balle ? longueur de journ?e dans des

conditions qui laissent souvent ? d?sirer. Le football aujourd?hui nourrit son homme, et tous les

jeunes qui s?orientent ou qu?on oriente vers ces centres r?vent de ressembler aux monuments du

football mondial que sont les Zidane, Beckam, Vieri, Drogba et autres. La r?alisation de ce r?ve

passe par l?acquisition d?une certaine discipline, et d?une technique qu?on n?apprend pas forc?ment

dans les rues. D?o? la prise d?assaut de ces centres par les jeunes joueurs. Le probl?me,

c?est que tous ces centres de formation qui pullulent sur le territoire ne se ressemblent pas. Dans

ce panier ? crabes, l?Acad?mie de l?Asec reste un mod?le pour tous. L??cole de football de Sol b?ni

qui a accueilli des gar?ons, virtuoses du ballon rond comme Aruna Dindane, Kolo Tour?, Boka Arthur,

Zokora Didier, Kon? Bakary et autres a d?j? fait ses preuves en la mati?re. A c?t? de ce

centre de formation de football, l?un des plus r?put?s d?Afrique, quelques-uns se distinguent par

leur s?rieux. On peut citer, le centre Cyrille Domoraud qui offre presque toutes les garanties d?un

centres de formation, et l?Ecole de football Y?o Martial (EFYM) de Herv? Siaba qui pr?sente toutes

les commodit?s de travail dans un environnement plut?t saint. C?est vrai qu?il y a de jeunes

structures qui se mettent progressivement en place, Selaf, Dj?kanou, et d?autres. En dehors

de cela, tous les autres m?ritent ? peine l?appellation de centre de formation. ? Nous avons

encourag? la cr?ation des centres. Parce que la formation et la rel?ve font partie de nos priorit?s

? la F?d?ration ivoirienne de football. Mais les choses ont beaucoup ?volu? de sorte que nous

estimons que le moment est venu de revoir certaines choses?,   confie M. Dj?dj?

Benjamin, le vice- pr?sident de la FIF,  charg? des comp?titions de jeunes. A

l?av?nement du pr?sident Anouma, la FIF a stopp?  les comp?titions de jeunes telles que Walter

Ammann les organisait en 1999. Le temps de d?finir une politique nationale de formation et de

d?veloppement des jeunes, et de mettre en place une direction technique nationale. La premi?re

v?ritable direction technique nationale de football en C?te d?Ivoire ?qui fonctionne selon les

normes requises par la CAF et la FIFA?. Malheureusement, les centres qui foisonnent sur

le territoire national ne sont pas tous connus dans les fichiers de la FIF. Sur les 285 r?pertori?s

par la DTN, seulement 185 ont l??tiquette de AFAF (Associations affili?es ? la F?d?ration ivoirienne

de football). Tout le reste ?volue dans la nature. Ils m?ritent ? peine l?appellation de

AFAF. Le terrain du quartier leur sert de centre. Certains se sont mu?s en de v?ritables ?n?griers?.

Des responsables obnubil?s par l?argent, r?unissent r?guli?rement des joueurs pour les vendre au

premier venu. C?est pour mettre fin ? ce cafouillage que la Direction technique nationale, sous la

houlette de Y?o Martial,  se pr?pare ? sillonner les diff?rents centres de formation du pays.

La tourn?e du 1er au 31 juillet prochain permettra ? la DTN de s?impr?gner des r?alit?s sur le

terrain afin d?op?rer une certaine classification ? ce niveau.
Transferts

clandestins
La direction technique nationale (DTN) a sa petite id?e dans la lutte

contre la fuite des jeunes joueurs, ou les transferts clandestins. En attendant de d?voiler toute sa

batterie, Y?o Martial et son staff veulent couper la mal ? la racine. ?Si vous avez remarqu?,

cette ann?e nous comptons mettre en place une s?lection nationale des moins de 13 ans. Ce sont des

gamins qui seront fich?s ? la DTN et ? la F?d?ration ivoirienne de football de telle sorte que s?ils

s?en vont demain, nous pourrions les filer avec les ?l?ments d?appr?ciation que nous aurons ? notre

disposition d?j? ? la F?d?ration?, indique le directeur technique national de C?te d?Ivoire,

Y?o Paul Martial. La structure technique de la FIF charg?e de concevoir la politique

nationale de d?veloppement compte ?largir cette mesure en  descendant jusqu?? la cat?gorie des

moins de 10 ans pour ?radiquer le mal. ?Parce que je vois tr?s mal un parent digne de ce nom

laisser sa prog?niture partir ? l??tranger ? l??ge de 9 ans ou 10 ans sans v?ritable garantie. C?est

pour cette raison que nous demandons ? tous les centres de formation diss?min?s sur toute l??tendue

du territoire national de venir s?affilier ? la FIF?,  poursuit le DTN qui veut ainsi

marquer d?une pierre deux coups. ?En le faisant, nous luttons ?galement contre la fraude

sur l??ge des joueurs. Un enfant qui a une licence FIF un moment donn? ? 10 ans est suivi de telle

sorte qu?il sera difficile de lui attribuer un autre ?ge qui n?est pas r?ellement le sien ? un autre

moment?, explique Y?o Martial. Pour les comp?titions AFAF de 2005, Walter Ammann qui a

? charge le volet formation et d?veloppement du football des jeunes ? la DTN vient de mettre fin au

double classement des joueurs. Une autre mesure qui ne favorise pas la fraude sur

l??ge.Source: Frat-Mat 

A lire aussi ...

TOP