Flash Info

  • Il y a 3 heures 41 minFootball: Victime d'une lésion des ligaments du genou, Abdoul Karim Cissé opéré avec succès
  • Il y a 4 heures 33 minBasket: Remy Coulibaly confirmé président de la secrion basket de l'Africa Sports
  • Il y a 4 heures 34 minFootball-Ligue 1: Aimé Tchétché nommé directeur sportif de l'Africa Sports
  • 15/06/2019Football-Amical: Côte d'Ivoire 0-1 Ouganda
  • 13/06/2019Omnisports-Financement: C'est un budget de 2 milliards 100 millions de Frs Cfa qui est dégagé au titre des compétitions internationales
  • 13/06/2019Football-CAN 2019: Une première délégation de 100 supporteurs ivoiriens s'envoleront pour le Caire
Football
CAF LDC
Afrique

Football-Afrique-Caf LdC-Traoré Siaka : « Trois finales à gagner pour survivre »

26 July 2016 0
« Trois finales à gagner pour survivre »

Quelle analyse faites-vous du parcours de l’ASEC Mimosas en Ligue des champions ?

 

Il ne faut pas se voiler la face, notre bilan au terme de la phase aller est mitigé.  Avec deux défaites contre la WAC et Zesco United, contre une victoire sur Al Ahly à Alexandrie, nous n’avons plus droit à l’erreur. Il va falloir aborder la manche retour avec beaucoup d’engagement et de réussite.

 

Le match laborieux que l’équipe remporte aux tirs au but (0-0 ; 7-6) contre la formation de l’Asi d’Abengourou jeudi dernier, en 16e  de finale de la Coupe  nationale est-il rassurant à la veille du match contre Zesco, le 27 juillet, à Abidjan ?

Je pense qu’il ne faut pas voir les choses de cette manière. Le match contre l’Asi s’est déroulé dans un esprit de Coupe. Les matchs de Coupe ont ceci de particulier que même des équipes qu’on croit de seconde zone réussissent toujours à vous opposer une féroce adversité. Cela a été le cas avec l’Asi qui nous a poussé jusqu’aux tirs au but. Cela explique certainement la difficulté que mes joueurs ont eue dans ce match. Et puis, il ne faut pas occulter le fait que l’équipe revenait d’une expédition en Zambie où nous avons perdu (1-3) devant Zesco United lors de la troisième journée de la Ligue des champions. Ils avaient à cœur de ne pas perdre ce premier match. 

 

 

L’ASEC n’a-t-elle pas des soucis en défense ?

C’est vrai que la défaite en Zambie peut faire croire que nous avons un problème au niveau de la défense. Là-bas, nous avons encaissé trois buts. Mais, c’est inhabituel. Nous n’avons pas pour habitude d’encaisser ce nombre de buts. Les défenseurs, Koné Nabi et Goua Marc ont fini de purger leur suspension. Ils retrouvent donc le groupe. Et cela va certainement participer à la stabilité de notre secteur défensif. De même que le retour du gardien de but, Hervé Koffi.

 

 

Ce gardien de but international burkinabé a-t-il une influence particulière sur le jeu de l’équipe ?

C’est un pion important de notre dispositif. Il est en pleine confiance. Il est aussi jeune, avec une bonne marge de progression. C’est un bosseur. Sa présence dans les buts nous rassure. Mais, il doit continuer à travailler.

 

 

Comment préparez-vous le match retour contre le Zesco United de Zambie, le 27 juillet, au stade Robert Champroux ?

Nous en serons à la quatrième journée de la Ligue des champions. Il reste trois journées à jouer. La victoire est impérative. En plus de Zesco United, nous allons aussi recevoir les Égyptiens de Al Ahly et nous irons jouer à Casablanca contre le WAC. Nous considérons qu'il nous reste trois finales à remporter pour survivre dans cette Ligue des champions. Il n’y a pas d’autre manière de préparer la phase retour que d’avoir à l’esprit de vaincre.

 

 

Entre la Ligue des champions, le championnat national et la Coupe de Côte d’Ivoire, comment gérez-vous votre effectif ?

C’est vrai que nous sommes sur trois fronts qui nous imposent un régime spécial dans la gestion de l’effectif. Nous avons une liste de trente joueurs que nous essayons d’utiliser au mieux entre les compétitions locales et africaines. Ce n’est pas facile pour une équipe comme l’ASEC qui se bat pour retrouver son rayonnement d’antan. Nous avons réussi à stabiliser notre groupe. Nous revenons d’une période difficile. Il s’agit de savoir aligner des joueurs et en ménager d’autres en fonction des défis. Cela a été le cas par exemple du jeune Issa Traoré que j’ai pu lancer dans le jeu face à l’Asi. Ce qui signifie que tous les joueurs sont d’une certaine manière mis à contribution. L’essentiel est de pouvoir sauvegarder l’esprit du jeu et être efficace. Dans le championnat national, nous occupons la sixième place avec deux matchs en retard. Nous venons de nous qualifier pour les huitièmes de finales de la Coupe nationale et nous cherchons à bien négocier au mieux les trois matchs restants de la phase de poule de la Ligue des champions.

 

 

Source : cafonline.com

A lire aussi ...

TOP