Flash Info

  • 28/03/2020Football-Transfert : Le Barça et Leipzig souhaitent recruter Tanguy Kouassi le défenseur du PSG d'origine ivoirienne
  • 28/03/2020Basket-Côte d'Ivoire : La FIBB s'apprêt à lancer une campagne d'auto-confinement pour lutter contre le Coronavirus
  • 28/03/2020Football-Lonaci Ligue 1 : Le FC San Pedro va verser le salaire de Mars à ses joueurs
  • 28/03/2020Football-Transfert : Le PSG propose un salaire annuel de 6,55 milliards de Frs Cfa à Kalidou Koulibaly
  • 28/03/2020Football-FIF 2020 : L'annonce officielle de la candidature d'Idriss Diallo ajournée pour cause de Coronavirus
  • 28/03/2020Athlétisme-Coronavirus : Confinement obligatoire pour Marie Josée Ta Lou à Abidjan

Football / Anjorin Moucharafou : les Eléphants nous respectent

Football

Football / Anjorin Moucharafou : les Eléphants nous respectent

19 November 2007 0
Football / Anjorin Moucharafou : les Eléphants nous respectent

Au lendemain du tirage au sort de la Coupe d’Afrique des nations qui a placé le Bénin dans le groupe B aux côtés du Nigeria, de la Côte d'Ivoire et du Mali, le président de la Fédération béninoise de football, M. Anjorin Moucharafou, tout en analysant les chances des Ecureuils, estime qu’avec une bonne préparation, le Bénin peut franchir le premier tour. Un objectif qu'il prend bien au sérieux.

Quel est votre état d’âme après ce tirage au sort qui a propulsé le Bénin dans le groupe B, un groupe très relevé?
Anjorin Moucharaf: Je n’ai pas d’état d’âme particulier mais je suis plutôt motivé. Mais avant de répondre à votre question, je vous rappelle qu’avant le tirage au sort nous avons fais savoir à la presse internationale au cours d’une conférence que nous avons donné à l’hôtel Novotel d’Accra que le Bénin est disposé à jouer dans tous les groupes sauf celui du pays organisateur, le Ghana. Notre pays est désormais dans la cours des grands et il ne faut plus sous-estimer les Ecureuils. Nous faisons partie des 16 meilleures nations sur les 52 au départ, ce qui veut dire que nous avons quelque chose à faire valoir au même titre que les autres qui sont qualifiés.

Mais sur le papier les adversaires du Bénin sont des grosses cylindrées surtout le Nigeria et la Côte d’Ivoire!
AM: Oui, je comprends votre inquiétude. Mais le Bénin a évolué depuis la Coupe d'Afrique des nations, Tunisie 2004. Cette fois-ci la différence se fera par rapport au plan de préparation et loin du fatalisme qu’il faut éviter le sort du Bénin au Ghana est dans les mains des Béninois eux-mêmes. Nous avons un plan pour aller au second tour malgré la présence des grosses cylindrées dont vous parlez. D’ailleurs, s’agissant de nos adversaires, nous avons un point commun, c’est l’Ufoa. On se connaît très bien en tant que pays frères de l’Afrique de l’Ouest. Le Nigeria avec sa kyrielle de stars nous avait déjà affronté en 2004 à Sfax en Tunisie et c’est face à cette équipe que le Bénin a inscrit son premier but de l’histoire de la Can. La Côte d’Ivoire et le Mali ne sont pas plus extraordinaires. Nous avons éliminé leur junior pour aller à la Coupe du monde en Hollande. Lors des éliminatoire de la Can et du Mondial 2006, nous avons affronté les Eléphants avec une équipe diminuée et c'est difficilement qu'ils sont venus à bout du Bénin à l’aller comme au retour. Si les Nigérians et les Ivoiriens nous respectent ce n’est pas les Maliens qui nous échapperont. D’ailleurs, les Maliens vont se poser des questions. Car, ils savent ce qu’ils ont enduré avec les Ecureuils lors des éliminatoires de cette Can. Je vous rassure qu’au Ghana, c’est plutôt les autres qui auront peur du Bénin. Nous devons nous décomplexer. Le plus important c’est de bien préparer nos joueurs.

Huit équipes seront laissées sur le carreau après le premier tour qu’elles soient favorites ou non?
AM: Exactement seuls huit pays resteront dans le wagon du deuxième tour, et le Bénin peut s’imposer grâce à l’union sacrée de tout le monde, avec la volonté manifeste du Chef de l’Etat. Vous devez comprendre d’abord que toutes les équipes qu'elles s’appellent Nigeria, Cameroun, Afrique du Sud ou l’Egypte partent avec les mêmes chances. Et selon Descartes, la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent réside dans la méthode. Mon pays a en main son destin et le chemin est tracé pour y parvenir. Je signale que du 26 octobre au 4 novembre, les Ecureuils locaux seront à Ouaga pour le tournoi de l’Uemoa. Ce tournoi va valoriser les forces des joueurs locaux et les plus convainquants seront à Accra le 17 novembre pour le tournoi des 4 nations qui sera le déclic de la phase active de la préparation à la Can avec les Ecureuils professionnels.

Parlant des Ecureuils évoluant à l’étranger qu’allez- vous faire pour renforcer la légion étrangère qui jusque-là se limite à quelques-uns qui d’ailleurs ne sont pas au haut niveau en Europe.
AM: C’est une bonne question. Après notre qualification certains Béninois de la diaspora qui sous-estimaient le onze national se sont ravisés. Et depuis quelques jours, la demande est forte du côté de certains Béninois évoluant au sein du championnat d’élite européen. Ils veulent jouer pour le Bénin. C’est le cas de Rod Fany que moi-même je me chargerai de rencontrer en France. Nous allons le convaincre à jouer pour le pays de sa mère.

Les Ecureuils seront-ils à Accra avec un entraîneur expatrié?
AM: Sur cette question, je suis très prudent car on ne change pas une équipe qui gagne. Dans ce cas, on ne change pas un entraîneur qui apporte des points au pays. Je ne refuse pas les critiques de la presse par rapport aux limites techniques de nos entraîneurs locaux. Je ne suis pas contre leur opinion. Mais dans le football, il y a des paramètres qu’il ne faut pas négliger. Si les gens reprochent à l’encadrement des Ecureuils de ne pas être à la hauteur, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils ont réussi à qualifier le Bénin là où des entraîneurs européens ont échoué. Le cas de l’Algérie, du Gabon avec le Français Alain Girès, du Congo, du Burkina-Faso et bien d’autres sont là. De toutes les façons, la question est sur le tapis et dans les tout prochains jours, je vais rencontrer l’encadrement technique pour échanger avec eux sur le sujet et les rendre complice de la décision qui sera prise. Car, je sais qu’ils sont de vrais patriotes. J’invite la presse et tous les amis sportifs à soutenir nos frères qui ont en charge l’équipe nationale.

Un mot à l’endroit du public sportif
AM: Je leur demande de rester mobilisé et unis derrière les Ecureuils comme le veut le Chef de l’Etat. Notre pays n’est pas qualifié à la Can pour seulement participer à la fête à Accra mais pour passer le premier tour et faire mieux que Tunisie 2004. Nous avons besoin de tout le monde car Ghana 2008 sera un pont entre la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud et la Can 2010 en Angola.
febefoot

TOP