banniere-sport-vac2024__1010.jpg

Flash Info

  • 15/07/2024Football-International : Paul Akouokou et Sinaly Diomandé écartés pour le stage de pré-saison en Autriche avec l'Olympique Lyonnais
  • 15/07/2024 Football-International : Thomas Müller prend sa retraite internationale
  • 15/07/2024 Handball-Coupe Nationale (Q) D : Zacos 23-30 SOA, Yopougon 19-20 Horizon 2000, National 25-26 Africa Sports, Bandama 20-25 AHBC
  • 15/07/2024Handball-Coupe Nationale (Q) H : HBUC 15-29, Horizon 2000 16-22 National, SOA 22-23 Sports Plus, Don Bosco 18-20 Red Star
  • 15/07/2024 Rugby à 7 : AIM (Hommes) et TBO (Dames) sont les champions de Côte d'Ivoire
  • 15/07/2024 Football-Transferts : Edmond Seri Gnoleba et Mohamed Sylla ont rejoint les rangs du Mouloudia Club d'Oran en Algérie pour 3 ans

Football Ligue des Champions/ Barcelone - Lyon: Un Messi providentiel

Football

Football Ligue des Champions/ Barcelone - Lyon: Un Messi providentiel

20 September 2007 0
Football Ligue des Champions/ Barcelone - Lyon: Un Messi providentiel

Impliqué dans deux des trois buts du Barça, virevoltant sur son aile droite, Lionel Messi aura marqué la rencontre face à l’OL de son empreinte. Frank Rijkaard peut lui dire merci : l’Argentin lui a offert quelques jours de répit.
Dans tous les bons coups Des quatre fantastiques du Barça (Ronaldinho, Henry, Eto’o et lui-même), il est le plus jeune. Peut-être le moins médiatique aussi. Encore que. A voir le nombre de socios porter son maillot, Lionel Messi a la cote du côté du Camp Nou. Et le petit prodige argentin a encore démontré pourquoi. Au sein d’une équipe barcelonaise en nets progrès, «Léo» aura souvent été l’homme le plus dangereux, notamment en première période. Placé dans le couloir droit, il a souvent pris l’espace dans le dos de Réveillère. Sans conséquence pendant 20 minutes puisque Belhadj, titularisé pour la première fois de la saison par Alain Perrin, est souvent venu aider son coéquipier. Mais chacune de ses prises de balle était empreinte de génie. Et dès la 21e minute, il faisait se lever le public catalan en débordant côté gauche et en centrant fort devant le but. En voulant couper la trajectoire, Clerc poussait le cuir dans son but (1-0). La partie de l’Argentin était lancée.
Jusqu’à la pause, chacune de ses accélérations faisait la différence. Une minute après l’ouverture du score, Squillaci était obligé d’intervenir plein axe pour stopper un déboulé du Barcelonais (22e). Puis à deux reprises, parti dans le dos de la défense, il tentait de centrer d’un audacieux extérieur du droit. Raté pour le premier (35e), trop fort pour le deuxième (40e). Surtout, il s’offrait la plus belle occasion de ce premier acte, en dehors du but, d’une frappe puissante du gauche, consécutive à un crochet sur Bodmer dans la surface. Malheureux sur le but, Clerc, cette fois, sauvait la maison lyonnaise sur sa ligne (38e). A la pause, si le Barça menait logiquement au score, il pouvait remercier son petit prodige. Nullement rassasié, celui-ci repartait sur le même tempo, obligeant la défense lyonnaise à intervenir devant lui au moment de frapper (47e). Dans tous les bons coups, le milieu de terrain catalan manquait cependant d’efficacité, heureusement pour l’OL, à l’image de cet incroyable tir au-dessus alors qu’il venait d’être superbement décalé par Xavi (48e).
L’ovation du Nou Camp Paradoxalement, le successeur de Maradona dans les cœurs argentins disparaissait un peu de la circulation en même temps que son équipe accentuait sa pression sur le but rhodanien : sortie de Vercoutre dans les pieds de Deco (53e), parades sur des tirs de Xavi (65e), Henry (69e) et Deco (73e et 78e). Mais c’était pour mieux surgir, tel un diable de sa boîte, pour porter le coup de grâce à l’OL. A la suite d’une action collective d’école, comme le Nou Camp les aime, Messi convertissait du plat du pied une offrande d’Iniesta (2-0, 81e). Frank Rijkaard, qui devait alors respirer un peu mieux après les critiques qui se sont abattues sur lui ces derniers jours, faisait alors sortir sa petite perle. Le public blaugrana ne s’y trompait pas et saluait de «Leo, Leo, Leo» son héros du soir. Le messie du Barça pouvait assister tranquillement au 3e but signé Henry (90e). Il a démontré qu’à l’heure actuelle, il est sans doute le plus fantastique de la bande des quatre.
Source: sport24.com

A lire aussi ...

TOP