Flash Info

  • 28/09/2023Handball : 44e Championnats d'Afrique des Clubs Champions : Red Star OJA (Hommes) et Bandama HCT (Dames) sont les représentants ivoiriens
  • 28/09/2023Zone UFOA-B : Championnat scolaire africain : La Côte d'Ivoire est logée dans la poule B en compagnie du Burkina Faso et du Bénin
  • 28/09/2023Autres Sports : Ousmane Gbané est le nouveau directeur de l'Office National des Sports (ONS) en remplacement de Mariame Yoda
  • 26/09/2023LePortel Basket : Charles Abouo dans le top 10 des meilleurs scoreurs de l'ESSM avec 781 points
  • 26/09/2023Football-Afrique : L'Algérie retire sa candidature pour l'organisation des CAN 2025 et 2027 (officiel)
  • 26/09/2023Basket-Côte d'Ivoire : La Fédération Ivoirienne de Basketball lance son diplôme fédéral pour entraineur le 29 septembre 2023

Football/ Didier Zokora (Tottenham Hotspurs) :"Je n'osais pas attaquer Zidane "

Football

Football/ Didier Zokora (Tottenham Hotspurs) :"Je n'osais pas attaquer Zidane "

7 May 2007 0
Football/ Didier Zokora (Tottenham Hotspurs) :"Je n'osais pas attaquer Zidane "

Arrivé en Angleterre l'été dernier en provenance de Saint-Etienne, Didier Zokora s'est parfaitement habitué à sa nouvelle vie londonienne. Auteur d'une bonne première saison, durant laquelle il aura beaucoup joué, le milieu de terrain ivoirien de Tottenham a encore un dernier objectif à atteindre, la 5e place, qualificative pour la Coupe UEFA. Depuis samedi, cette position est occupée par les Toffees d'Everton, qui comptent quatre points d'avance sur les Spurs avec un match à jouer. Il en reste trois à Tottenham pour inverser la tendance, à commencer par un déplacement à Charlton ce lundi soir. En exclusivité pour Footanglais.com, le milieu de terrain des Spurs fait le tour de son actualité
 
 
Didier, on peut imaginer que vous n'avez pas manqué les demi-finales de la Ligue des Champions cette semaine...
Oui, j'ai bien aimé Liverpool-Chelsea, c'était un bon match avec beaucoup d'engagement des deux côtés. Je pense que Liverpool était mieux en place que Chelsea. Deux clubs anglais... il y a eu de l'agressivité mais dans le bon sens du terme. Je pense que sur les deux matches Liverpool mérite sa victoire. Et hier soir (l'entretien a eu lieu jeudi), pour moi c'était le match idéal. On vu un Milan AC qui a su mettre Manchester en difficulté. Même si cette équipe est composée de très bons joueurs offensifs, les Italiens ont pris le dessus. Dans tous les compartiments du jeu, le Milan a été énorme. Le score est mérité.
 
Vous êtes du genre à regarder tous les matches à la télé ?
Bien sûr parce que le football c'est vraiment ma passion, depuis que je suis tout petit je ne pense qu'au football. Et des matches comme ceux-là peuvent m'apporter un plus. Regarder un Milan-Manchester Utd… ce sont deux des plus grandes équipes du monde donc il y a toujours quelques choses à en retirer. Quand tu vois Kaka, Seedorf, des joueurs qui jouent dans ma zone. C'était très intéressant.
Avez-vous eu "l'autre" Didier (Drogba) au téléphone depuis ?
Je l'ai eu avant le match contre Liverpool mais pas depuis, je vais attendre un peu avant de l'appeler, il doit être déçu. Avant le match il s'attendait de toute façon à une rencontre compliquée, à Anfield, avec ce public... Didier là il a eu un match difficile mais c'est comme ça maintenant. Il atteint le sommet, ce n'est plus comme il y a deux-trois ans, là il a franchi un palier, il est parmi les meilleurs attaquants du Monde. A chaque match ils sont deux sur lui.
 
"Récupérer les ballons, faire jouer l'équipe, c'est mon but."
 
Revenons à vous Didier "Zokora", il reste encore trois matches mais quel bilan dressez vous de votre saison, la première à Tottenham ?
Sur un plan personnel je pense que c'est une belle saison, j'ai joué beaucoup de matches (44 à ce jour, toutes compétitions confondues), ce qui n'est pas évident quand on arrive en Angleterre.
Vous n'avez donc pas eu la traditionnelle période d'adaptation ?
J'ai vu que Patrice Evra avait eu 6 mois "galère" au début, franchement moi j'ai eu la chance de m'adapter tout de suite. C'est peut-être aussi mon style de jeu qui m'a permis de m'adapter aussi rapidement, au jeu et à la vie anglaise. Je me sens bien parce que je me suis très bien intégré avec mes coéquipiers, ils m'ont bien aidé. Le coach me fait confiance, et ça donne de la confiance justement ! Tout cela m'a facilité la tâche sur le plan sportif. Au départ c'est sûr que c'est difficile d'arriver dans un nouveau club, tu es stressé parce que tu ne connais personne, tu ne parles pas très bien la langue. Moi j'ai eu la chance que tout le monde m'aide à me mettre dans le bain, et puis j'ai joué de bons matches alors ça s'est fait petit à petit.
Et sur le plan collectif, vous êtes actuellement 9e avec une 5e place en ligne de mire…
Pour ce qui est de l'équipe, je pense que l'on a toutes les cartes en main pour finir cinquième. C'était l'objectif du club en début de saison, finir parmi les cinq premiers. C'est sûr qu'en Angleterre il y a Chelsea, Manchester, Arsenal, Liverpool. Tottenham arrive en cinquième position. Cette année on voulait aussi aller encore plus loin en Coupe de l'UEFA mais on s'est arrêté en quarts de finale, c'est dommage. Il nous reste un dernier but, c'est de finir cinquième. Ce sont trois matches à notre portée (un derby londonien à Charlton lundi soir, et les réceptions de Blackburn et Manchester City également cette semaine) mais il faut se méfier. Charlton joue encore le bas de tableau... ils voudront sortir de la zone rouge.                                                                                                   
Que manque-t-il à Tottenham pour gagner encore une place et intégrer le Top 4 ?
Pas grande chose. Comme on le dit en Angleterre, Tottenham c'est un club pour le futur, parce qu'il mise beaucoup sur la jeunesse, avec plusieurs internationaux anglais : Paul Robinson, Jenas, Dawson, Ledley King, Lennon, Defoe, cela prouve qu'il y a du talent ici. Sans parler de ceux qui viennent de Bulgarie comme Berbatov, d'Irlande, de Côte d'Ivoire… on a une quinzaine d'internationaux donc à part le fait de se connaitre un peu plus, il ne manque pas grand chose.
(La conversation est interrompue par Robbie Keane. Le buteur irlandais, apparemment très en forme, est venu distraire son coéquipier. Il se met à parler un mélange de français / dialecte africain plus qu'improbable.)
Oui, donc je disais nous sommes de mieux en mieux, j'espère déjà qu'on va finir la saison en beauté. On a fini cinquième l'an dernier, cette année on va tout faire pour rééditer cela. Cela prouve en tout cas que Tottenham est un club stable. On verra l'année prochaine si on peut intégrer ce top 4. Gagnons déjà nos trois matches, après on prendra de bonnes vacances...
Vous avez démarré votre carrière en défense centrale, aujourd'hui vous jouez devant la défense, comme Claude Makelele, c'est votre poste préféré ?
Au départ j'étais défenseur central mais mes qualités m'ont poussé à monter vers le milieu de terrain. Quand j'étais derrière c'était comment dirais-je ? Sans prétention, c'était un peu comme si je ne faisais rien. Avec mes qualités de vitesse, ma facilité à percuter balle au pied… c'est Robert Nouzaret avec la sélection qui m'a poussé à m'installer devant la défense, c'est un poste qui me plait beaucoup. On est un peu plus important, on a plus de responsabilités. Quand on voit le Milan AC justement, tu prends Gattuso, on voit que c'est le moteur de l'équipe. Récupérer les ballons, faire jouer l'équipe, c'est mon but. Le talent au service du groupe, ça c'est important.
"Le vrai Maestro, c'est Zidane !"
 
Vous êtes surnommé Maestro depuis vos années de formation à l'Académie de Jean-Marc Guillou. Vos nouveaux coéquipiers vous ont-ils trouvé un nouveau surnom ?
Non ils m'appellent aussi Maestro mais pas souvent (rires). En deux ans en France j'ai eu le temps de prendre de l'importance dans l'équipe, là je ne mérite peut-être pas encore le surnom. J'espère que la saison prochaine ce sera le cas. Il me suit partout où je vais depuis que je suis petit donc ce sera bon signe si c'est le cas ici aussi. Mais de toute façon pour moi le vrai Maestro c'est Zidane ! Zidane il est fabuleux, il est beau à voir jouer. Il est calme, il motive ses partenaires par  le jeu.                                                                                   
En août 2005, avec la Côte d'Ivoire, à Montpellier, vous l'aviez peut-être un peu trop regardé jouer justement... (Premiers adversaires des Bleus lors du retour de Zinédine Zidane, les Ivoiriens avaient perdu 3-0 à la Mosson)
Oui... je n'osais pas trop l'attaquer ce jour là, il faisait son retour avec la sélection, je n'avais pas trop envie de lui mettre la pression (rires).
D'autres joueurs vont ont-ils plu ?
Quand j'étais plus jeune, j'ai bien sûr souvent entendu parler de Pelé, Cruyff. Plus récemment j'appréciais beaucoup David Ginola (qui a également joué à Tottenham). Ce que j'aimais chez lui c'était sa facilité à conduire le ballon en pleine course, il avait la classe.
Que faites-vous le reste du temps, quand il n'y a pas de matchs ou d'entraînement ? Dans la sélection ivoirienne il paraît que vous êtes le plus posé.
Oui (rires), je reste à la maison avec ma femme et mes enfants (il a deux petites filles de 2 et 5 ans). C'est très important la famille pour un joueur de foot, il vaut mieux se marier jeune pour avoir une vie stable. Après le match quand tu as perdu et que tu rentres à la maison, heureusement qu'elles sont là pour apporter du réconfort. Tout seul c'est difficile, on fait des bêtises quand on est seul. Donc à part le foot je vais un peu à Londres mais c'est surtout ma femme qui m'emmène faire du shopping (rires). Londres est une très belle ville, il y a pas mal de choses à voir. J'aime bien ce métissage, c'est important. Le fait qu'il y ait des Chinois, des Indiens, des Pakistanais… je me sens à l'aise dans une ville cosmopolite comme celle-là.  Source: footanglais.com

A lire aussi ...

TOP