Flash Info

  • 16/01/2018Football-Eléphants-CHAN 2018: Yao Kévin, Kouakou Raoul et Zouzoua Pacôme forfaits pour la Zambie
  • 16/01/2018Football-Eléphants-CHAN 2018: Badié Gbagnon en renfort pour remplacer Inza Diabaté blessé à la cuisse
  • 14/01/2018Football-CHAN 2018-Groupe B: Côte d'Ivoire 0-1 Namibie
  • 12/01/2018Football-Transfert: Brice Dja Djédjé prêté par Watford au RC Lens pour 6 mois avec option d'achat
  • 12/01/2018Volley-Championnat national: La saison 2018 s'ouvre le samedi 20 janvier 2017 au Palais des Sports de Treichville
  • 12/01/2018Omnisports: Lassana Palenfo serait partant pour un nouveau mandat à la tête du CNO-CIV (source)
Football
Ligue 1
Elephants

« Il faut rassembler dans le football ivoirien »

14 December 2017 0

Très attendu, Didier Drogba ne s’est pas débiné au sujet de la santé actuelle du football ivoirien. Loin de vouloir faire le procès de qui que ce soit, l’ex-capitaine des Eléphants a pourtant mis l’ensemble de la famille du football ivoirien devant sa responsabilité. Celle de rassembler pour repartir de plus belle. Ce qui ne se fera plus sans lui, a promis le nouveau dirigeant du WAC d’Adjamé au micro de Radio Foot International.

Qu’est ce que vous devenez ?

Je suis un gamin devant  un ballon de football, devant  un stade. C’est la passion  qui me  guide. Le corps va bien et forcement  c’est plus facile  de continuer l’aventure.  Je me sens comme un privilégie, car à bientôt 40 ans,  je continue à prendre plaisir à jouer. Et dans le même temps je prépare ma reconversion, en apprenant l’administration parce que je suis copropriétaire du club dans lequel j’évolue (Ndlr : Phénix Arizona en deuxième division aux USA). J’espère que cette expérience sera aussi excitante que la carrière de footballeur.

Votre objectif est de faire monter le Phénix Rising en MLS. En combien compter-vous réalisez cette ascension ?

On espère jusqu’en 2021 avoir la licence MLS. C’est un tout petit club qui n’a qu’un an d’existence. C’est vrai que ça sera compliqué parce qu’il y a plusieurs clubs en attente. Mais nous avons un dossier solide. On espère finaliser tout cela.

Finalement, est ce que vous compter tourner le dos à ce monde du football ?

Je ne compte pas quitter le football. Je quitterai peut-être la pelouse mais le football m'a tant donné que je ne peux pas le quitter. Ça va être compliqué de faire un jubilé vu que les clubs que j’ai fait.

Au moment où José Mourinho était à Chelsea, il y a une rumeur qui vous y amenait comme encadreur. Est-ce que cela fait partir toujours de vos projets ?

Chelsea est toujours dans mon cœur, n’en déplaise à quelques clubs où je suis passé.  Chelsea, c’est la maison, j’ai de très bonnes relations avec le président Roman Abramovitch, j’ai remporté mes plus beaux trophées là bas. Je pense que les plus belles heures de ma carrière, c’est sous le maillot des Blues. Le statut d’ambassadeur du club, je pense que je l’ai à vie et si l’opportunité se présente, on verra.

Qu’est ce que vous pouvez nous dire sur votre implication dans la gestion du WAC qui évolue en Ligue 1 de Côte d’Ivoire ?

Tout est parti de ma volonté de m'impliquer dans le football ivoirien, et dans le football Africain en général.  Je ne me vois pas tourner  le dos au football ivoirien. C’était donc  important pour moi d’intégrer  la famille du football ivoirien.  Essayer de contribuer  au développement du championnat ivoirien.

Que pensez-vous de cette équipe qui va participer pour la première fois à la Caf Ligue des Champions ?

Je suis vraiment très fier de ces joueurs là. Cela fait trois années qu’ils surprennent. On les attend, on les sous-estime. Mais par leur qualité jeu et de leur état d’esprit, ils fournissent un football de qualité. Et c’est l’attraction du championnat. Et ils ont fait tomber plusieurs grosses équipes de Côte d’Ivoire.

Qu’est ce que vous avez ressenti de savoir que la Côte d’Ivoire ne serait pas à la Coupe du Monde 2018 en Russie. Cela vous-a-t-il surpris où vous avez trouvé cela logique au vu des précédents résultats immédiats ?

Je suis énormément triste pour les joueurs de devoir dire cela. Mais louper une coupe du monde pour les joueurs de ce talent et de cet âge là, c'est passer à coté de quelque chose de grand, dans leur progression. En tant que joueurs, mais en tant qu’homme aussi. Mais, c’est une suite  logique (ndlr  l’élimination  au premier tour de la CAN 2017 au Gabon). C’est un résultat final qui ne m’a pas surpris.

On parle d’une transition générationnelle mal faite. Est-ce que c’est votre avis ?

Tout dépend de comment s’est fait la transition. La vision de la Fédération de faire une transition, d’accord. Mais une transition, ça se fait en douceur. A Chelsea on a assisté à une transition depuis 2012. Et la fin de cette transition s’est effectuée avec le départ de John Terry la saison dernière. Ça a pris quand même 5 ans. Une transition, ce n’est pas du jour au lendemain. On enlève un tel et un tel et puis on prend tous les jeunes et on repart. Ces jeunes là ont besoin d’être guidés. Nous avons été guidés quand on est arrivé en équipe nationale. Il y avait les Kalou Bonaventure, Cyril Domoraud, Dié Serge…Ils étaient là pour nous guider. C’est cela. C’est grâce à eux que nous nous sommes qualifiés pour la Coupe du Monde 2006. Grâce à leur expérience et leurs échecs précédents aussi.

A vous écouter ce n’est pas que sportif ?

La transition n'est pas que sportive malheureusement...  L’élimination  des Eléphants  n’est pas que sportif. Et on le paie. Sur le papier, on avait les joueurs pour se qualifier. Mais ce n’est pas possible de mettre de jeunes joueurs comme ça dans un match à pression comme on a pu le vivre face au Cameroun au stade Félix Houphouët-Boigny lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2006. Nous avions certes la fougue avec les Aruna Dindane et autres, mais on avait aussi toute l’expérience de joueurs comme ceux que j’ai cité plus haut, pour nous recadrer un tout petit peu. Mais là, on ne peut pas laisser des jeunes joueurs comme ceux que j’ai au téléphone et qui ne savent pas comment aborder de tels matches et auxquels on essayait de donner quelques conseils. Mais on aurait voulu être à leurs côtés, et ne pas les abandonner comme ça. Parce que pour moi c’est de l’abandon.

Alors abandonnés par qui ? Les dirigeants de la FIF ? Ou Marc Wilmots qui a été mal choisi ?

Je ne suis pas là pour pointer du doigt. Beaucoup l’on fait, et beaucoup le font. Ils pointent du doigt le  coach, la Fédération. Même s’ils ont leur part de responsabilité, il ne faut pas le nier. La Fédération a une grosse part de responsabilité ; Le coach a aussi sa part de responsabilité.  Il a été choisi, pas par rapport à sa  candidature ;  il a été imposé.  A partir de là, il faut prendre ses responsabilités et je crois qu’il l’a fait. Aujourd’hui, il faut essayer de rassembler dans le football ivoirien.  Nous avons un football local  où les stades sont  vides.  Ça manque de passion. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles  je me  suis  impliqué. Parce qu’il  faut  donner  de l’engouement à la scène locale. On parle des binationaux, mais les joueurs comme Yaya Touré, Kolo Touré, Zokora Didier… Ils ont été  formés en Côte d’Ivoire. Ils ont animé le football local avant d’xploser en international.  Il nous faut investir dans la formation des joueurs sur le plan local.

Il faut  redonner goût aux Ivoiriens  pour retrouver les stades. La Fédération  doit tirer un bilan de cet échec. Il faut revoir toute la  stratégie du football  ivoirien.  Il  faut  donc des états  généraux.   Et tous les acteurs doivent être impliqués.  Je m’impliquerais avec plaisir et beaucoup de détermination. Car il s’agit de mon pays, de l’avenir du football, de l’héritage que nous avons laissé.  Pendant ces 10 à 15 dernières années  on a réussi à mettre le  football ivoirien à un niveau où il n’a jamais été.  Repartir à zéro comme maintenant c’est  triste à voir.  Longtemps, on  s’est mis de côté  pour observer ce qui se faisait. Même si ça se faisait mal.  La victoire à la CAN 2015 n'a fait que masquer  beaucoup de carences. Mais c’est grâce à la présence des joueurs comme Yaya, Kolo, Chico Copa Barry qui ont été rappelés.  Une fois que ces joueurs là se sont retirés, nous avons vu les carences. A un moment donné, il faut qu’on revienne,  qu’on  s’implique, nous  avons notre  mots à dire, parce qu’on a porté cette équipe là au plus haut.

Rfi.fr

A lire aussi ...

TOP