Flash Info

  • 12/11/2019Football-CAN U23-Égypte 2019: Côte d’Ivoire 0-1 Afrique du Sud
  • 12/11/2019Football-El. JO 2020: Cameroun 2-1 Côte d'Ivoire (En cours)
  • 12/11/2019Football-Tirage au sort CAF CDC- Groupe D: FC San Pedro -- Hassania US Agadir (Maroc) -- Enyimba (Nigeria) -- Paradou AC (Algerie)
  • 11/11/2019Handball: Le Red Star conserve sa couronne chez les hommes en battant Don Bosco 40-28
  • 11/11/2019Handball: Habitat d'Abobo champion de Côte d’Ivoire pour la première fois chez les dames
  • 11/11/2019Football-El.CAN 2021: Vers un forfait de Wilfried Zaha pour les 1ere et 2e journées avec la Côte d’Ivoire

Maxime Gouaméné : « Nous avons manqué de folie individuelle »

Football
Elephants

Maxime Gouaméné : « Nous avons manqué de folie individuelle »

21 October 2019 0

Pour sa première mission de sélectionneur, Maxime Gouaméné a échoué. La victoire sur le Niger n’a pu construire le pont qui conduirait ses Eléphants au Cameroun. Le CHAN 2020 évanouit pour la Côte d’Ivoire, le premier responsable technique en tire les leçons en pointant du doigt la capacité des joueurs sous sa coupole.

Quelle analyse faites-vous de cette qualification manquée des Eléphants ?

Nous sommes déçus pour cette qualification manquée. C’est déplorable, c’est décevant. Sur le plan de jeu, nous avons réalisé ce qu’il fallait mais le plan de jeu seul ne suffisait pas. Il fallait un peu plus de folie individuelle, c’est ce qui nous a manqué. L’adversaire on le savait un peu plus costaud, il fallait donc poser le ballon dans le jeu. Mais nous avons favorisé les longs ballons. Ce qui n’a pas permis à nos petits gabarits de le récupérer aisément en vue de mettre l’étincelle qu’il fallait.

N’est-ce pas le « trop » de confiance qui a joué sur la prestation de vos joueurs ?

Trop de confiance, non je ne crois pas. Quand on joue, il faut être confiant, donc on était confiant par rapport à notre plan de jeu ! Maintenant il aurait fallu mettre la folie dont je parle sur une percussion, sur une frappe, ou quelque chose d’autre, ce qui n’a pas été le cas.

N’y a-t-il pas un joueur qui a manqué à cette sélection en particulier Gbagbo Laurent ?

Oui bien sûr, il nous a manqué mais il n’y avait pas que lui. Il aurait fallu un peu plus de poids devant. Pour moi c’est l’abus du jeu long, le manque de combinaison qui nous perd. Pourtant c’est sur cela que nous avons insisté. Parce qu’on savait que l’adversaire allait venir défendre deux buts. On a réussi à marquer en première mi-temps, on aurait dû continuer à mettre le ballon au sol pour mettre en valeur les petits gabarits techniques qui auraient pu percuter pour provoquer quelque chose. Ce que nous n’avons pas fait. 

 

Face au Niger, nous avons encore constaté que vos joueurs n’avaient pas atteint cette maturité internationale malgré le tournoi UFOA. Etes-vous de cet avis ?

Je suis d’accord avec votre analyse. Le niveau international demande un peu plus de maturité. Mais ce n’est pas sur un tournoi ou deux matches qu’on acquiert cette maturité dont vous parlez. Dans ce genre de match, la folie c’est-à-dire provoqué l’adversaire, pousser l’arbitre à mettre un carton rouge, est très importante

Après cette prestation à laquelle nous avons assisté cet après-midi, coach on aimerait savoir ce qui s’est passé il y’a deux semaines au Niger où nous avons perdu 2-0 ?

C’est sur le match Aller que s’est joué notre élimination. Nous avons manqué de réalisme au match là-bas, et sur des erreurs nous avons pris ces deux buts. L’arbitre aussi ce jour a bien joué le coup parce que l’un des notre prend un deuxième carton jaune qu’il ne mérite pas. On n’a pas suffisamment provoqué l’adversaire. Sinon sur le match Aller, ce n’est pas comme si nous avions eu des difficultés. Nous avons été victimes de nos erreurs individuelles qui nous ont coûté deux buts.

Vous insistez depuis sur le mauvais choix du système de jeu de vous poulains pourtant c’est vous le coach. Pouvons-nous dire que votre message n’est pas passé ?

Le message, pas qu’il n’est pas passé. Mais sur le terrain, tu as beau donné de la voix mais si le joueur est dans ses habitudes en club rien ne sera cerné. Je pense aussi que par moment l’entraineur n’a pas besoin de donner de la voix, les joueurs doivent avoir le nez creux et savoir que le système n’est pas bon qu’il faut le changer.

Regrettez-vous la main non sifflé, à la 5e minute de jeu, dans la surface de réparation ?

Je regrette plusieurs actions non sifflées. On a beau dire mais quand l’arbitre est indécis et qu’il ne siffle pas c’est regrettable. Mais après il y’a d’autres situations dans le jeu comme des coup-francs, des fautes aussi qu’il ne siffle pas. C’est regrettable.

Tout s’achève à présent pour ces garçons. Quel est le message que vous leur avez passé ?

C’est dommage que tout s’arrête là. Tous ensemble on avait à cœur de réaliser le match parfait c’est-à-dire obtenir la qualification. Je leur ai dit simplement qu’il fallait oser, de prendre plus de risque individuellement. C’est vrai que collectivement on a eu plus le ballon mais individuellement qui s’est illustré par une percussion ? Une frappe ? Il n’y en a pas eu suffisamment ! Alors ils ne peuvent s’en prendre ni à l’arbitre, ni à qui que ce soit.  Car ce sont eux-mêmes qui n’ont pas mis ce qu’il fallait pour emmener l’arbitre à siffler le pénalty ou offrir une occasion dangereuse qui aurait pu leur permettre d’inscrire le second but pour au moins arriver aux tirs au but.

L’aventure s’arrête aujourd’hui, quelle est la suite pour Maxime Gouaméné ?

Je suis sous contrat avec la Fédération pour une durée de deux ans. Est-ce que j’arrive au prochain CHAN ? Je ne sais pas. Mais il faut savoir qu’avant cela il y’a d’autres compétitions encore qui arrivent.

Propos recueillis par Armel YAO

A lire aussi ...

TOP