Flash Info

  • 15/12/2018Football-Caf LdC 2019-16e aller: Stade Malien 0-1 ASEC Mimosas
  • 15/12/2018Foorball-CAN 2019: L'Afrique du Sud candidate à l'organisation
  • 15/12/2018Football-Caf CdC 2019-16e aller: Étoile du Sahel 3-0 Stade d'Abidjan -- DCMP 1-1 FC San Pedro
  • 14/12/2018Taekwondo: La Fédération Ivoirienne en assemblée générale ordinaire le 15 décembre 2018
  • 14/12/2018Football-CAN 2021: La conférence de presse du Ministre Danho Paulin prévue le 15 décembre est annulée
  • 13/12/2018Football-CAN 2021: La FIF indique convoquer la CAF devant le TAS pour avoir rétribuer la compétition au Cameroun
Football
Elephants
CAN

El.CAN 2019 : Quels Eléphants à Conakry ?

16 November 2018 0

L’équipe nationale de Côte d’Ivoire s’est envolée ce vendredi pour prendre ses quartiers à Conakry. Objectif ramener un résultat du stade du 28 septembre face à la Guinée dans le cadre de la 5è journée des éliminatoires de la CAN 2019, dans le groupe H. Comment se présentera cette fois les Eléphants de Kamara Ibrahim ? Une question qui hante supporters et adversaires.

Densifier la zone de construction, mettre de l’impact, gagner des duels en s’appuyant sur une pointe offensive. L’image que se construit la Côte d’Ivoire depuis sa prise en main par Kamara. Résultat de la posture nouvelle, 3 matches, 2 victoires dont 1 à l’extérieur, et 1 nul.  Son 4-5-1 se muant volontiers en 4-3-3 ou en 3-5-1 en période d’hyper confiance. Une flexibilité qui a montré sa solidité avec 6 buts inscrits contre 1 seul encaissé. Un parcours flatteur. Même si dans le jeu, il n’y a pas de quoi grimper au rideau. Normal. Un groupe se construit. Pour passer du jeu direct à une équipe de possession, il faudra du temps. Et le staff ivoirien, loin de l’euphorie ambiante, le sait bien. « Nous savons notre situation. Nous revenons de loin. Aujourd’hui nous essayons de redresser la barre. Mais il faut savoir que nous avons une équipe convalescente », a confié Kamara Ibrahim. Alors ne pas s’emballer et garder son identité naissante : Le fil conducteur de l’équipe qu’alignera le sélectionneur ivoirien. Surtout qu’il n’a pas chamboulé son groupe qu’il conduira le 18 novembre prochain, sous le coup de 17h00.

Une défense peu poreuse à aiguiser

De la confiance renouvelée au chancelant puis héroïque Gbohouo, à celle accordée au quatuor défensif composé de Bailly, Kanon, Aurier et Konan, “Kamso“ ne devrait rien bouger à son habitude. Un but encaissé ne fait pas prendre des décisions hâtives. Quoiqu’il devrait tirer les oreilles au capitaine Aurier pour son mauvais repli défensif, et tancer Konan pour un meilleur apport offensif dans son couloir gauche. Pour recueillir le meilleur d’un bastion jugé passif, trop tendre, peu agressive car plus enclin à cadrer l’adversaire.

Un milieu plus travailleur et plus créatif

Reprendre les mêmes et recommencer. Une décision qui a sauté aux yeux mardi dernier, alors que Kamara Ibrahim échangeait longuement avec Serey Dié. En pleine renaissance au sein de l’empire du milieu des Pachydermes d’Abidjan, le Bâlois devrait tirer Kessié et Seri vers les sommets. Quoique Seri toujours attendu au niveau de sa qualité pourrait être titillé par Cheick Doukouré, qui s’est montré précieux dans la récupération, mais également dans son flaire, socle de son étonnante efficacité offensive.

Zaha absent, la danse autour de Kodjia

Un point de fixation. La défense guinéenne ne devrait pas y échapper. Car Kodjia « serein et concentré » compte bien être de la partie de Conakry. Tout comme la boule de feu de Gradel énorme dans le travail défensif mais aussi précieux pour son expérience. En l’absence de Zaha, blessé aux ischios, Pépé Nicolas, étincelant avec le LOSC demeure le choix qui saute aux yeux. Mais le Dogue devra se battre pour se hisser au dessus de la concurrence du Gone Cornet ou de l’ancien Séwéké Assalé, électrique avec Berne en Suisse. C’est bien là où tous attendent Kamara Ibrahim qui se retrouve avec un problème de riche, en attaque.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP