Flash Info

  • 18/04/2019Football: La CAF organisera un Forum sur la gouvernance des associations membres à Abidjan en octobre 2019
  • 18/04/2019Athlétisme-CAN U18: La Marocaine Meryem Azour décroche la médaille d'or au 1500m en 4'20''14
  • 16/04/2019Football-International: Blessé aux ischios avec le Celtic FC, Bayo Vakoum est forfait pour la suite de la saison
  • 16/04/2019Football-Afrique: Le tournoi féminin de l'UFOA B s'ouvre du 8 au 18 mai 2019 au Parc des Sports à Abidjan
  • 16/04/2019Escrime: L'Ivoirienne Gwladys Sakoa a terminé au 8è rang sur 50 participants au circuit de Talence disputé dimanche dernier
  • 16/04/2019Athlétisme-Afrique: Le Camerounais Malboum Kalkaba rempile pour un 4è mandat de 4 ans à la tête de la CAA
Football
Elephants
CAN

Eléphants, la résurrection !

10 September 2018 0

La Côte d’Ivoire renait. Dans la douleur, mais la résurrection est une évidence. Ce n’est pas la victoire au bonheur étouffé par des dernières minutes de frayeurs, qui fera dire le contraire. A Kigali, les Eléphants furent costauds, par l’état d’esprit. « C'est l'état d'esprit du groupe qui nous a permis d'obtenir ce résultat. Nous avions une volonté collective d'atteindre cet objectif là », reconnait Max Alain Gradel. Car dans le jeu, il faudra attendre un peu, pour que Kamara Ibrahim l’essore de ses déchets.  « Nous avons une nouvelle équipe pratiquement. Il faut du temps pour que nous retrouvions notre football », confirme l’attaquant du Toulouse FC.

Pourtant, l’animation du 4-3-3 se muant constamment en 4-5-1, ne fut pas dépourvue de quelques séquences encourageantes. Surtout, au cœur d’un milieu de terrain où des automatismes frémissaient. Dans le rôle du besogneux, Franck Kessié, loin d’être lumineux, a fait place à la grande activité de Seri Jean Michaël et de Serey Dié, dont les relances auront besoin de soins intensifs. A 33 ans, le milieu de FC Bâle engagé, accuse par contre le coup. Et ce, malgré une technique curieusement aiguisée.

Gagnants, pas fringants 

Les craintes, c’est la défense ivoirienne qui en a semé dans le cœur encore fragile des fans des Eléphants. De la nervosité et un manque de concentration signés Aurier et Bailly. De la bêtise (comme sur le carton jaune écopé) et des mauvaises appréciations au passif de Sylvain Gbohouo. Des plaies qui sont passés tout près de causer du tort à l’effort collectif consenti pour trouver, à deux reprises, la faille. Et si Kagere Medie n’a transpercé qu’une fois les buts ivoiriens, les Amavubis ont heurté la fébrilité défensive des Eléphants en touchant à 3 reprises la transversale du portier du TP Mazembe.

Heureusement, la frilosité de la défense mais pas du système défensif, n’a pas contaminé une attaque avide de buts. A l’image du flair incroyable de Kodjia et de la puissante précision de Gradel. Creuset du doublé inopiné mais images d’Eléphants ressuscités, un an après leur dernière victoire en match officiel. Elle remonte au 2 septembre 2017, à Libreville, lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. L’histoire d’une première réussie pour Kamara Ibrahima, qui peut s’installer à présent dans la sérénité avant la double-confrontation avec le Centrafrique.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP