Flash Info

  • Il y a 3 heures 31 minFootball-France: Wilfried Bony va s'entraîner pendant une semaine avec Le Havre
  • 09/12/2019Football-10e journée : RCA 3-2 AS Tanda
  • 09/12/2019Football-Ligue 1-10e journée: RCA 2-1 AS Tanda (En cours)
  • 08/12/2019Football-Ligue 1-10è journée: ASI d'Abengourou 2-0 ASEC Mimosas - SOL FC 1-1 SC Gagnoa - Issia Wazi 1-1 WAC
  • 08/12/2019Football-Caf CdC 2020-2e journée : Enyimba 1-0 FC San Pedro
  • 08/12/2019Football-Ligue 1-10e journée : SOA 0-1 AFAD

Football-Afrique-CAN-Eléphants : L’EdCI ou la malédiction des capitaines

Football
CAN
Afrique

Football-Afrique-CAN-Eléphants : L’EdCI ou la malédiction des capitaines

25 October 2016 0
L’EdCI ou la malédiction des capitaines

En 2008 déjà, alors que Gervinho devait lui faire ses premiers pas à la CAN prévue au Ghana, il apprenait la blessure, au genou, de Didier Drogba. Appelé à subir une opération, l’attaquant de Chelsea à l’époque avait défrayé la chronique, attiré les prières vers son ménisque avant de finalement apparaître sur la pelouse de Sekondi-Takoradi. Mais rien ne fut aisé pour l’actuel buteur de l’Impact Montréal. Puisqu’il a du subir, au lieu d’une intervention chirurgicale, des soins intensifs pour retrouver la mobilité de son membre. Même s’il n’était pas à 100% de son physique, il a su tenir son rang.

 

Drogba, incertain et toujours présent

 

Et ce ne fut pas le seul épisode des bruits d’incertitude de Drogba. Avant la CAN 2010, Vahid Halilhodzic, alors meneurs de l’EdCI affichait sa crainte quant à l’Etat de Santé du capitaine de son équipe. « J'ai peur pour Didier. (...) Didier a pris un coup au tendon de sa jambe gauche. Il faut faire très attention car son tendon s'enfle. Il a un traitement spécial. Je suis inquiet (...) En cas de défection de Drogba, malheureusement, il n'y a personne », avait déclaré le technicien franco-bosnien  avant le départ pour Angola 2010 qui l’a finalement emporté. A cause d’une élimination controversée de l’EdCI en quart de finale. La suite pour Drogba, l’on la connait avec une présence en Coupe d’Afrique, toujours en deçà de sa forme. Mais il fut de tout temps présent.

 

Après ses déboires physiques de capitaine de l’EdCI, Drogba a passé le flambeau à Yaya Touré. Qui lui également pris les mêmes habitudes que celles de son compatriote. Celui de faire peur aux fans des Eléphants. Avant la Coupe du Monde 2014, au Brésil, une lésion à la cuisse rendait incertaine sa participation au 3è Mondial consécutif de la Côte d’Ivoire. Après avoir rassuré le Président de la République, Yaya Touré arrivât diminué à Aguas Lindoia. Et ce malgré un passage à Aspetar au Qatar pour des soins.

 

 

Yaya, de la déchirure à la couronne

Cela ne s’est pas arrêté là. Avant la CAN 2015, remportée par les Eléphants, Manuel Pellegrini avait annoncé la blessure de Yaya avant ce dernier ne démente l’info. « Juste une note pour dire que le boss m’a mis au repos pour le match face à Burnley, je ne suis pas blessé ! J’espère vraiment revenir contre Sunderland », avait-il publié sur son compte Twitter.  Par contre, Yaya avait été ménagé par Hervé Renard dans le cadre des premiers entraînements de la Côte d’Ivoire au stade de La Paz de Malabo. Mais comme son prédécesseur, les ennuis physiques du milieu de Manchester City, s’ils l’avaient diminué, ne l’ont pas empêché de tenir son rang et d’administrer une merveille de frappe puissante à Robert Kidiaba en demi-finale de la 30è édition de la CAN.

 

 

Envie d’espoir pour Gervinho

 

Le nouvel épisode des capitaines n’ayant pas de bol est animé par Gervinho. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche, l’attaquant d’Hebei China pourrait passer 5 mois loin des terrains. Ce qui équivaut à une absence certaine à la CAN 2017, qui devrait être la 6è de sa carrière. Le forfait qui se dessine est loin de ravir les fans ivoiriens qui ont dirigé leur prière vers le ménisque du “Jaguar“ qui ne s’est pas encore prononcé sur sa situation. Tout le contraire d’Eric Bailly qui garde espoir pour Gabon 2017. Un espoir que veut entretenir la Côte d’Ivoire pour son capitaine. Mais il est clair que le brassard semble peser plus sur les jambes qu'au bras de ceux qui en eurent récemment la responsabilité.

 

 

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP