Flash Info

  • Il y a 3 heures 52 minFootball - Amical: la Côte d'Ivoire affrontera le Bénin le 06 Septembre 2019 (Source)
  • 19/08/2019Basket-Afrobasket Women 2019: Les Elephantes sont de retour en Côte d'Ivoire
  • 19/08/2019Football-Ligue 1-1ere journée : ASEC Mimosas 1-1 RC Abidjan
  • 19/08/2019Basket-Afrobasket Women 2019: Le Nigéria sacré champion d'Afrique après sa victoire sur le Sénégal (60-55)
  • 18/08/2019Football-Ligue 1-1ère journée : SOL FC 2-1 Bouaké FC
  • 17/08/2019Football-Ligue 1-1ere journée : WAC 2-2 SOA - AFAD 1-0 FC San Pedro - Issia Wazi 0-2 AS Tanda - USC Bassam 1-1 SC Gagnoa

Alioum Sidi explique sa décision sur le penalty du Sénégal

Football
CAN 2019

Alioum Sidi explique sa décision sur le penalty du Sénégal

25 July 2019 0

La 60è minute de la finale de la CAN 2019. Un moment qui restera gravé dans les mémoires. Surtout celles du Sénégal qui aurait pu bénéficier d’un penalty pour certainement changer le cours de l’histoire écrite depuis la 2è minute, par Baghdad Bounedjah. Et surtout la jambe de Salif Sané. Sidi Alioum, l’arbitre camerounais de la finale de la 32è édition de la CAN, est revenu sur ce moment important.

Pour l’arbitre camerounais, il y avait certes main d’Adlène Guedioura, mais il n’y avait pas penalty comme il le pensait. En effet, sans hésiter, Sidi Alioum avait indiquer le petit point de la surface algérienne avant de se déjuger. Une décision qu’il explique et assume pratiquement, avec l’appui du VAR. « Ce qui s'est passé lors de la finale, c’est que j'ai vu la main. Et mon assistant également l'a vu et me l'a signalé. De ma position, j'avoue que c'était difficile de la voir véritablement. Parce qu'il s'agissait d'un centre en retrait. Le défenseur me donnait pratiquement dos. Mais je ne pouvais pas ne pas siffler parce que l'assistant m'a indiqué la main que j'avais également perçu. J'ai pris la décision de siffler ce penalty. Après j'étais sûr que le VAR allait me confirmer ou pas ce penalty. Effectivement l'assistance m'a demandé d'aller revoir l'image », a-t-il confié au confrère Boney Philippe pour Olympia Sports.

“Il n'y avait pas penalty, le VAR m'a permis de rectifier mon jugement“

Les pas vers l’écran à lui dédié, un crève-cœur pour les supporters sénégalais qui y croyaient pourtant. Pour Alioum, c’était une marche vers la réparation d’une injustice qu’il ne se serait pas pardonné. « Imaginez-vous que j'avais maintenu ce penalty, il aurait pu changer le résultat du match. Et après avoir revu l'action je me rende compte qu'il n'y avait pas penalty, cela allait m'affecter. Mais là, le VAR m'a permis de rectifier mon jugement et je suis revenu sur ma décision ». Un hommage au VAR qui n’aura pas donné la même sensation à tout le monde. Un monde du football africain divisé sur l’utilité réel de cet outil dont l’usage n’a toujours pas effacé les suspicions, les discussions. Le ressenti de l’arbitre camerounais n’est pas le même. Lui qui soutient l’avènement du VAR, véritable aide psychologique de l’arbitre à qui l’on ne retire pas sa responsabilité de seul maitre du terrain.

“Ce n’est pas le VAR qui prend la décision“ !

« Le VAR vient soutenir l'arbitre, ce n'est pas le VAR qui prend la décision. Tout arbitre est vraiment content d'avoir cette assistance vidéo à côté de lui. Parce que l'erreur étant humaine, l'arbitre est cette fois conscient que s'il commet une erreur, il y a quelqu'un derrière avec le ralenti qui peut le sauver pour rectifier cette erreur. Il n'y a pas un retrait de son autorité à l'arbitre ! D'abord parce que c'est un outil international de la FIFA et ensuite, parce que c'est un soutien de l'arbitrage », a-t-il conclu sur un sujet qui continue d’animer les débats.

Patrick GUITEY

TOP