Flash Info

  • 27/01/2023Football-CHAN 2022 : La Côte d’Ivoire s’incline (1-0) en quarts face à l’Algérie
  • 27/01/2023Tennis : Open d'Australie : Djokovic en finale après sa victoire contre Tommy Paul (7-5, 6-1, 6-2)
  • 27/01/2023Footall-Eléphants-International : Sol Bamba (ex défenseur ivoirien) sera l'assistant de Sabri Lamouchi à Cardif City (L'Equipe)
  • 27/01/2023 Rentrée Fédérale : Le Ministre des Sports a remis 150 millions de FCFA aux fédérations pour l'achat du matériel sportif
  • 27/01/2023Journée du Mérite Sportif 2022 : 93 personnes distinguées dont 13 femmes
  • 27/01/2023Football-International : Wigan AC s'est séparé de Kolo Touré moins de 2 mois après sa nomination

Tennis : Rolex Paris Masters : « Je me sens bien ici », confie Djokovic

Autres Sports

Tennis : Rolex Paris Masters : « Je me sens bien ici », confie Djokovic

31 October 2022 0

Sur ses sacres et records à Bercy
Le fait de revenir à un endroit où l'on a engrangé tant d'exploits, ramène aussi de bons sentiments sur le court. À ce niveau, il est important d'avoir de bons feelings, d'avoir de bons souvenirs. Le tennis est un jeu où l'on doit trouver les bonnes marges, voir qui va prendre l'ascendant dans un match, et très souvent, le mental est important. J'espère que je pourrai continuer sur cette lancée. J'aime beaucoup les conditions, même si elles sont différentes de l'année dernière. Je me sens bien en indoor. En Serbie, je joue beaucoup dans ces conditions de jeu, parce qu'il fait froid pendant six mois de l'année. J'espère poursuivre sur cette lancée. J'aime cette ville aussi. Et puis, peut-être aussi la sensation de finir la saison est un bon sentiment, car c'est le dernier « push ». Plus tu as de victoires dans un tournoi comme ici à Paris, plus tu as de sensations positives l'année suivante quand tu y retournes. Je pense que ce sont trois éléments qui ont des effets positifs pour moi ici.

Sur sa drôle de saison
Il fallait que je retrouve mes repères et que je retrouve mon jeu tel que je le voulais. Pendant la deuxième partie de la saison, je me suis senti plus positif. Avec tout ce qui s'est passé en Australie, je me suis senti un peu déboussolé émotionnellement, hors du court et ça a affecté mon jeu. Mais je savais que ça n'allait pas durer trop longtemps, c'était juste une question de temps. Je savais que je reviendrai au bon point d'équilibre entre ce qui se passait sur le court et hors du court. Et c'est arrivé vers la fin de la saison de terre battue où j'ai élevé mon jeu, puis à Wimbledon le sacre a été un soulagement avec tout ce qui s'était passé auparavant. Après Wimbledon, je n'ai pas beaucoup joué. Il y a eu la Laver Cup, Tel-Aviv, Astana, et j'ai super bien joué.

Sur la vitesse des courts à Bercy
Les courts sont plus rapides que l'année dernière. Souvent, ce que veut le tournoi et ce que veulent les joueurs sont deux choses différentes. Cédric Pioline (le directeur du tournoi) me disait que beaucoup de joueurs se plaignaient de la lenteur du court l'année dernière. C'est la raison pour laquelle ils ont décidé d'augmenter la vitesse, et je pense que c'est juste, ils ont le droit de le faire. Moi, je ne peux pas vous dire quelle est la vitesse adéquate pour un court et pour tout le monde, parce que chacun a un avis différent. On a tous des préférences différentes en fonction des conditions. Un grand serveur, par exemple, va préférer une grande vitesse ; pour d'autres, qui sont plutôt à l'aise en fond de court, ils vont préférer des conditions plus lentes. Je ne pense pas qu'il y ait une formule miracle.

TOP