Flash Info

  • 04/02/2023Football-International : Après seulement 4 mois, Fabio Cannavaro limogé par Benevento (Serie B Italie)
  • 04/02/2023Football-Eléphants-International : Six mois après avoir été opéré d'un cancer des testicules, Sébastien Haller a débloqué son compteur avec le BVB face à Fribourg (5-1)
  • 04/02/2023Football-CHAN 2022 : Le Sénégal bat l'Algérie aux TAB (0-0, 4-5) et remporte la compétition
  • 04/02/2023Athlétisme : Meeting de Miramas : Arthur Cissé s'impose sur le 60 m et signe la 4e performance de l'année en 6"57 s
  • 03/02/2023Football-CHAN 2022 : Le Madagascar bat le Niger (0-1) et termine à la 3e place
  • 03/02/2023JO 2024 : La flamme partira de Marseille au printemps 2024

2022 : Frappart est entrée dans l'histoire par la grande porte

Football
MONDIAL

2022 : Frappart est entrée dans l'histoire par la grande porte

2 December 2022 0

Ce 1er décembre 2022 restera dans l'histoire du football. Pour la première fois, un match d'une Coupe du monde masculine a été dirigé par une femme. Une Française, née dans le Val d'Oise, à Herblay-sur-Seine, qui très vite a délaissé le ballon pour le sifflet. La définition même de la vocation. Au lendemain de la fin de match ô combien confuse entre la France et la Tunisie, en raison d'un manque de communication évident entre l'arbitre, le Néo-Zélandais Matthew Conger, et ses assistants à la VAR, suite à l'égalisation d'Antoine Griezmann à la 98e minute de jeu, Stéphanie Frappart était attendue au tournant par tous les machistes et défenseurs du patriarcat de ce monde. Qui n'auront pas grand-chose à en dire ce jeudi soir au moment de refaire le match entre l'Allemagne et le Costa Rica, tant la prestation de la Française fut dénuée de toute erreur ou critique.
La Française pouvait difficilement rêver mieux comme début de match afin de rentrer sereinement dans «sa» première Coupe du monde. Entre des Allemands monopolisant le ballon et des Costaricains défendant très bas et sans véritable intensité, Stéphanie Frappart n'avait pas besoin de signaler la moindre faute jusqu'à la 7e minute et une petite escarmouche de Jamal Musiala au pressing. Pour le reste, rien à signaler, hormis deux corners et un hors-jeu relevant davantage de la responsabilité de ses adjointes, puisque l'ensemble du trio était féminin ce jeudi dans le stade Al-Bayt d'Al-Khor. Tout un symbole dans un pays, le Qatar, guère réputé pour être à la pointe du progressisme sur le plan des droits des femmes…

TOP