Flash Info

  • 13/11/2019Football-El.CAN 2021-CI-Niger: Kamara Ibrahim et Serge Aurier en conférence de presse le vendredi à 18h au stade FHB
  • 13/11/2019Football-El.CAN 2021: Wilfried Zaha et Ghislain Konan n'ont pas pris part à la séance du mercredi
  • 13/11/2019Basket-France : Souleymane Diabaté recruté par le FOS Provence evoluant dans le championnat de Pro B
  • 13/11/2019Football-Eléphants: Séance d'entrainement ouverte à la presse ce mercredi à partir de 17H au Stade Félix Houphouët Boigny
  • 12/11/2019Football-CAN U23-Égypte 2019: Côte d’Ivoire 0-1 Afrique du Sud
  • 12/11/2019Football-El. JO 2020: Cameroun 2-1 Côte d'Ivoire (En cours)

Jeux Africains 2019 : Allah Yao situe les objectifs de la Côte d’Ivoire

Autres Sports

Jeux Africains 2019 : Allah Yao situe les objectifs de la Côte d’Ivoire

19 August 2019 0

Avant l’ouverture des Jeux de Rabat, ce lundi 19 août, à 19 heures Temps Universel, au stade du Complexe Prince Moulay Abdellah de Rabat, au Maroc, François Allah Yao, directeur de cabinet du ministère ivoirien des Sports, explique les enjeux.

A combien s’élève le nombre de représentants de la Côte d’Ivoire aux Jeux Africain 2019 ?

Nous allons à ces jeux avec une délégation d'un peu plus d'une centaine de personnes, dont 61 athlètes, 21 dames et une quarantaine d'hommes, et une quarantaine d'accompagnateurs. Il faut voir 4 types d'accompagnateurs. Il y a les encadreurs techniques (entraîneurs), les officiels (arbitres, juges), les encadreurs médicaux (kinésithérapeutes, médecins et autres), et les encadreurs administratifs (présidents de fédération et ou secrétaires généraux). Parce que souvent en marge de ces jeux, se tiennent des réunions au niveau de ces fédérations sportives. Naturellement, le ministère des Sports qui représente l'État envoie aussi des représentants pour l'encadrement administratif afin de faire en sorte que ce qui va se passer là-bas puisse servir d'éléments d'appréciation d'évolution de notre niveau de pratique puisque nous travaillons dans ce sens-là… Depuis la création de ces jeux, des jeux de l'amitié à Abidjan, en passant par les jeux de Brazzaville qui ont consolidé cette organisation, la Côte d'Ivoire a toujours participé. Et elle a eu des résultats relativement honorables.                               

Comment s’est fait la sélection des disciplines et des athlètes qui représenteront la Côte d’Ivoire au Maroc ?

 Nous avons mis en place un dispositif depuis le mois d'avril, pour identifier d'abord les fédérations qui les avaient à leur programme d'activités, et mettre en place un dispositif de suivi, d'accompagnement et de sélection de nos participants aux Jeux africains. Au départ, il y avait une douzaine de fédérations qui avaient été identifiées. Au bout du travail, nous nous sommes retrouvés à 9 fédérations, moins la fédération paralympique. Parce que le comité paralympique va avoir ses jeux en janvier 2020. Tout cela, je crois, marque aussi le changement qui est en train de se faire dans le sens des Jeux olympiques, parce que, vous savez très bien, au niveau des Jeux olympiques, il y a les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques qui sont dissociés. En dehors de la fédération paralympique, ce sont ces 8 fédérations qui vont nous représenter à ces jeux. On a retenu les meilleures par rapport aux objectifs qu'on s'est fixés.

Quel est l’objectif de la Côte d’Ivoire à ces jeux ?

Les objectifs sont d'abord définis par l'État. La Côte d'Ivoire s'est doté d'une loi. Et cette loi recommande au pays d'avoir une politique nationale. Cette politique a été validée par le gouvernement en 2017. Au nombre de grandes orientations de cette politique, c'est que le sport de compétition de haut niveau doit être un élément pour marquer positivement la présence de la Côte d'Ivoire sur la scène internationale. Donc nos participations aux compétitions internationales doivent se faire dans cet objectif, pour dire que la Côte d'Ivoire est là. La jeunesse est là. Elle se porte bien, et cela à travers les résultats que nous allons avoir. Donc, c'est dans ce contexte que nous avons situé le premier objectif de notre participation.

Vous avez planté les enjeux politiques, mais au niveau sportif qu’attendez-vous ?

Les Jeux Africains se situent une année avant les Jeux olympiques à Tokyo en 2020. La plupart des disciplines sportives qui seront présentes aux Jeux Africains sont des disciplines olympiques. Donc, il s'agit pour nous aussi d'aller tester, évaluer le niveau de performance de nos sportifs, voir comment, à travers le dispositif d'accompagnement que nous sommes en train de concevoir pour Tokyo 2020, nous puissions apprécier le niveau. Et faire en sorte que nous ayons, non seulement une bonne représentation, un bon classement au niveau des pays africains pour les jeux de demain. Mais que nous puissions aussi nous appuyer sur ce dispositif pour préparer au mieux les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Une bonne représentation, c’est donner la meilleure image possible de la jeunesse ivoirienne à Rabat. Mais en même temps sur le plan purement sportif, être bien classé, et trouver à travers notre positionnement et nos résultats, les éléments pour nous permettre de mieux nous préparer encore pour la plus grande fête du sport mondial, Les Jeux olympiques de 2020.

Promettez vous célébrer et récompenser les meilleurs de ces jeux ?

On n'a pas voulu privilégier la célébration de nos valeureux représentants au détriment d'un plus grand nombre de participants aux compétitions. Mais c'est prévu. Ceux qui auront honoré la nation, recevront ce qu'ils méritent.                                           

Une correspondance de A.K

A lire aussi ...

TOP